Fiat 500 électrique, toujours aussi branchée

Fiat aime les voyages dans le temps. Le groupe italien a puisé dans son glorieux passé pour remettre au goût du jour l’éternelle 500, avec le succès que l’on sait. La firme transalpine regarde aujourd’hui vers l’avenir en lui offrant une version 100 % électrique.

157

Fiat est l’un des grands acteurs de la vague néo-rétro qui a déferlé sur l’industrie automobile. La firme italienne a sorti de sa retraite dorée la princesse 500, avec un succès planétaire à la clé, avant de décliner la formule sous toutes les formes. L’heure est toutefois venue de se tourner vers le futur : l’électrification est désormais un passage obligé pour tout constructeur. 

La 500 se fait aujourd’hui 100 % électrique pour mieux arpenter son terrain de jeu favori : les centres-villes. Une transition naturelle pour cette voiture emblématique qui a finalement toujours été branchée. Fiat n’en oublie pas pour autant ses racines. La Cinquecento électrique est fabriquée dans les usines de Mirafiori, à Turin, d’où est sorti le premier modèle en 1957. La seule version thermique qui officiera dorénavant – 1 l mild hybride 70 ch – est produite en Roumanie.

Le style jusqu’au bout de la calandre

Dans l’opération, la petite puce a pris 6 cm de long et 6 cm de large. Pour le reste, les différences avec la déclinaison thermique sont minimes. Cet embonpoint, rendu nécessaire pour des raisons techniques, n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. À bord, on est heureux de retrouver un espace un peu plus important que d’habitude : le gain de 4,2 cm de largeur de l’habitacle est notable. La 500 reste une vraie citadine, mais offre une position de conduite plus confortable.

La planche de bord est une excellente surprise et brille non seulement par sa dotation technologique matérialisée par l’élégant écran central de 10,25 pouces, mais aussi par la qualité de ses finitions. Quelques plastiques rigides sont toujours présents çà et là, mais l’ensemble est d’excellente tenue. Les sièges sont fabriqués avec un matériau recyclé et sont plus grands que sur la 500 classique. À l’arrière, la banquette deux places se destine plutôt aux enfants et ne rendra service aux adultes que pour des trajets courts. Le coffre de 185 l est toujours anecdotique.

Pile électrique

L’agrément du moteur électrique fait le reste. La faculté d’avoir la puissance et le couple immédiatement disponibles est un réel avantage en ville. Le moteur de 118 ch avale le 0 à 50 km/h en 3,1 s. De quoi se faufiler entre les bouchons avec aisance. L’insonorisation est bien meilleure que sur bon nombre de voitures électriques du marché. La direction aurait mérité d’être un peu plus précise en début de changement de cap, mais la conduite reste dynamique.

Fiat propose sa 500 en deux capacités de batterie. L’une de 23,7 kWh, l’autre de 42 kWh. Il faut donc compter sur environ 150 km effectifs pour la première et un peu plus de 250 pour la seconde. À chacun de juger si c’est suffisant pour son usage quotidien. Il est possible de retrouver 80 % de la charge en 35 minutes sur une borne de recharge rapide. L’avenir semble donc dégagé pour cette 500 électrique qui a de sérieux atouts esthétiques et technologiques.

Le ticket d’entrée est à 24 500 € hors bonus en version 23,7 kWh et à 27 500 € en 42 kWh. Petit clin d’œil au passé, la version cabriolet (30 900 €) est également de la partie.

 

CONTENUS SPONSORISÉS