Fer unseri Sproch, mitnander vorwärts ! Pour notre langue, avançons ensemble.

«Afin d’accompagner la création de la Collectivité européenne d’Alsace, la Région Grand Est propose à ses partenaires une nouvelle stratégie collective en faveur de la langue et de la culture alsaciennes. C’est une pierre que nous souhaitons apporter à la future maison commune des Alsaciens», a écrit le Président de la Région Grand Est, après l’Assemblée Générale du Conseil Culturel d’Alsace, le 19 janvier au Siège du Conseil régional. Un rendez-vous attendu dans une Région qui est en train de penser très fort à son avenir.

0
215

Dans ce cadre, le travail du Conseil Culturel Alsace, fonctionnel depuis 2017 et présidé par l’artiste et présentateur de France 3 Christian Hahn, est essentiel. Les différentes commissions du CCA ont constitué des groupes de travail qui ont creusé les sujets, puis rédigé des propositions, elles-mêmes soumises à l’assemblée générale, puis transmises aux collectivités. En 2018, le grand chantier fut la nouvelle convention quadripartite sur l’enseignement bilingue qui contient des avancées significatives : d’ici 2022, tous les nouveaux professeurs des écoles seront, par exemple, en mesure de dispenser un enseignement bilingue.

« L’alsacien était chaudement recommandé, mais en réalité, il n’apparaissait plus », explique Christian Hahn qui ajoute que « 3 à 5% de la population transmettent la langue de la région. À ce rythme, nous assisterons à la disparition de l’alsacien. La question fondamentale est de savoir si l’on réagit, comme les Basques, les Corses ou les Bretons. Pour cela, il faut que la démission des parents soit remplacée par l’école, avec un programme dès la maternelle, nous avons fait des propositions en ce sens. » Un groupe de travail du CCA, piloté par Dominique Huck (ancien directeur de Département de dialectologie Université) et Pascale Erhart (Dialectologie Université et vice-présidente du Conseil Culturel), a réfléchi à la question des formateurs : quel quota de professeurs est-il envisageable ? Etc. Jean Rottner, en consultant les propositions, a décidé d’aller plus loin pour le texte officiel, finalement signé le 5 décembre dernier, la fameuse convention quadripartite sur l’enseignement bilingue.

La commission patrimoine du CCA a proposé deux projets finalisés récemment (et sur lesquels le Président Rottner ne s’est pas encore prononcé) : une route des fortifications et une idée autour de l’orgue qui sont très nombreux en Alsace et qui ont, pour la plupart, besoin d’être restaurés. Ces deux chantiers demandent des moyens supplémentaires conséquents.

Que signifie la culture régionale ?

La Région Grand Est est le premier financeur public de la langue et de la culture régionales en Alsace. Elle y consacre près de 3 millions d’euros par an pour soutenir l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA), les écoles bilingues associatives et la mise en œuvre de la convention quadripartite.

L’idée est de contribuer au renouveau de la culture régionale en Alsace, mais il faudra, pour aller plus loin, comme le souhaite le Président Rottner, débloquer des fonds supplémentaires, car les idées et les projets ne manquent pas, comme cette autre initiative de la commission culture du CCA, « En quête d’Alsace », menée depuis plus d’un an. C’est une tentative de définir ce qu’est réellement la culture alsacienne. « On s’est rendu compte qu’en réalité, c’est assez complexe », souligne Christian Hahn qui a confié au dramaturge et écrivain Michel Deutsch le soin de conduire avec lui des entretiens filmés d’une heure, avec une cinquantaine de personnalités de la Région comme Roger Siffer, Isabelle Schoepfer, Michel Haag, Guy Heumann, Robert Grossmann, Freddy Raphaël ou encore Pierre Meyer. Ces entretiens seront postés sur le site Internet du CCA prochainement. Cette collection alimentera les travaux des chercheurs du futur.

Le Centre de Création Rhénan bientôt créé

Un autre projet va voir le jour, le Centre de Création Rhénan, une structure, un dispositif dédié aux professionnels, qui, outre une véritable démarche d’éducation populaire, permettra de créer, de produire, de diffuser des projets en alsacien bien entendu. Le CCR aura pour mission de donner une plateforme commune à la création, à la diffusion et à l’accueil d’œuvres bilingues, multilingues (sur-titrage, sous-titrage, traduction). Un travail d’échanges et de collaboration avec les institutions existantes est évidemment indispensable à la réussite du projet. Les spectacles du CCR auront vocation à tourner, en Alsace, mais aussi en Allemagne. L’ensemble des relais culturels et des salles dédiées aux professionnels, environ 80 lieux en Alsace, sera sollicité pour participer à la diffusion des créations, coproduites avec le Maillon, le TNS, la Filature, comme les Théâtres de Karlsruhe, de Freiburg ou de Bâle. Les premiers spectacles sont déjà définis pour l’horizon 2020/2021 : Immer noch Sturm, la pièce de Peter Handke, un des plus grands auteurs allemands d’aujourd’hui et une mise en scène de Matthias Langhoff.

Les quatre piliers

Pour Jean Rottner, ces différents projets sont aussi une première pierre de la création de la Collectivité européenne d’Alsace : « Ces initiatives nous invitent, dès aujourd’hui, à impulser collectivement une politique plus offensive en faveur de la langue et de la culture. C’est une démarche résolument constructive que la Région entreprend ici : nous souhaitons être apporteurs d’idées et constants dans notre soutien budgétaire », relève le Président qui a bâti sa stratégie sur quatre piliers : former, transmettre, créer, s’organiser.

Former : la Région propose d’offrir à tous les habitants la possibilité de se former à la langue alsacienne, à tous les moments de leur vie. De la crèche à l’université, sur les lieux de travail et de culture, dans des cours ou par e-learning.

Transmettre : Un «bain linguistique» favorable à la pratique de la langue sera créé en mobilisant, sur la base du volontariat et de l’innovation, tous les acteurs publics et privés.

Créer : Vivifier la création en langue régionale est l’une des ambitions fortes, on l’a vu plus haut, avec l’engagement des artistes, des poètes, des écrivains ou des dramaturges.

S’organiser : Une organisation collective plus efficace, avec un réseau d’animateurs territoriaux pourrait notamment aider les communes, les intercommunalités, les associations, les entreprises à prendre des initiatives.

Les héritiers de Germain Muller

Il s’agit maintenant d’aller au-delà des mots et des propositions, mais la force de conviction et la volonté d’entreprendre des Présidents de la Région et du CCA semblent de bon augure pour l’avenir de l’Alsace. Si les regards extérieurs restent vifs et lucides, comme celui de Christian Hahn. Si on lui demande ce qu’est pour lui, la culture alsacienne, il répond qu’il est tombé dedans quand il était petit, que c’est la culture française et allemande pour ce qui est arrivé jusqu’à nous, mais aussi l’humour et un certain art de vivre : « Il ne faut jamais oublier que l’imprimerie est née à Strasbourg, que c’est dans ce fossé que toute la culture européenne de l’époque passait. L’Alsace était la Silicon Valley de la renaissance. On l’oublie trop souvent. Aujourd’hui, il faut retrouver cette ambition », pour redonner le goût de la langue régionale, histoire de ne pas oublier que nous sommes les héritiers d’un certain Germain Muller.

AG Conseil culturel d’Alsace