Femmes en rose

Anne Schmitt a travaillé longtemps pour la maison Kreiter, la bijouterie du centre-ville à Haguenau. Trois ans après un cancer du sein qui a bouleversé sa vie, elle vient d’obtenir le prix coup de cœur d’Alsace Active qui aide les femmes créatrices d’entreprise. Un prix qui lui permet de bénéficier d’un prêt financier et d’une aide importante en communication pour le lancement de sa société, Les femmes en rose.

0
1371

Août 2016, Anne Schmitt a 37 ans quand sa vie bascule. On lui diagnostique un cancer du sein : « Le jour où j’ai vraiment pris conscience que j’avais vraiment un cancer, c’est le jour de la première chimio. Je me suis dit que le combat commençait, qu’il fallait s’accrocher. Je n’avais pas le droit de baisser les bras ». C’est peut-être simple à écrire comme cela, mais cette combativité, associée à l’amour de sa famille, lui a permis de vaincre la maladie ; après deux ans et demi de combat, 16 chimiothérapies, 4 opérations de plusieurs heures, 35 séances de radiothérapie, de nombreux rendez-vous chez des spécialistes, elle va bien, malgré la crainte toujours présente de rechute.

Une belle revanche

« Il faut digérer tout ça, votre corps change, il y a les effets secondaires. J’ai tenu le coup, en gardant le sourire ». Et pour poursuivre son combat, qui n’est pas seulement le sien, Anne décide de créer son entreprise. « Pendant mes chimiothérapies, j’ai rencontré des femmes qui se retrouvaient seules, j’ai vu que c’était pour elles encore plus dur et mon projet est de les aider, de leur dire que l’on peut s’accrocher et que l’on peut gagner contre la maladie ».

Anne a changé d’hygiène alimentaire, d’hygiène de vie, elle a appris beaucoup de choses pendant toutes ces années. Grâce à cette expérience, elle va démarrer son activité dans les prochains jours et proposer les produits qu’elle a découverts lors de sa maladie, à des prix plus accessibles, des ateliers de sophrologie, d’esthétique, avec des intervenants pour aider les femmes pendant cette période si difficile. « Quand on est malade, tout se passe dans le cadre médical, mais on a besoin d’en sortir pour aller de l’avant. Je me suis dit qu’il y avait un manque et j’ai eu envie d’ouvrir un endroit où l’on peut parler de la maladie, faire des ateliers ou des activités, et même trouver des produits cosmétiques adaptés ou des prothèses capillaires, comme si on était à la maison, c’est pour cela que j’ai créé Les femmes en rose ».

Pour la jeune femme, c’est une belle revanche et une façon de montrer que, même pendant la maladie, on peut se prendre en main différemment et réaliser ses rêves. Le sien était de créer son entreprise ; dans quelques jours, il deviendra une réalité, vous pourrez la retrouver au salon Hoffmann, 57 grand rue à Haguenau.