Fabrice Michel : « Une plateforme locale, de bout en bout »

Il y a deux mois, Fabrice Michel, ancien ingénieur d’affaire dans les logiciels de gestion pour entreprises, a décidé de se reconvertir en lançant La cagette locale. Il s’agit d’une plateforme de courses en ligne qui permet d’avoir des produits frais et locaux livrés à domicile. Un nouveau service disponible dans une grande partie de l’Alsace du Nord.

195
Fabrice Michel travaille tout seul sur ce projet / ©DR

Maxi Flash : Qu’est-ce qui vous différencie d’une autre plateforme de courses en ligne ?

Fabrice Michel : Le projet a été étudié pendant plus d’un an. Je mise sur quelques points pour nous différencier des autres, notamment la livraison à domicile avec des créneaux arrangeants. Nous avons aussi une grande variété de produits. Aujourd’hui, je travaille avec vingt et un producteurs, ce qui représente cinq cents références. Une grande majorité d’entre eux est issue du Bas-Rhin. C’est local de bout en bout. J’essaye aussi de me différencier en offrant un service sans abonnement, sans panier imposé et sans minimum de commande. Le but de La cagette locale c’est de proposer des produits frais, de qualité, respectueux de l’environnement, de la santé et surtout équitables pour tout le monde. C’est un moyen de réduire le transport des marchandises et le gaspillage alimentaire.

Aujourd’hui, un client souhaite passer une commande. Comment ça fonctionne ?

Le client se connecte sur le site internet (www.lacagettelocale.fr) et fait ses courses librement. Une fois qu’il a complété sa liste, il choisit son jour et son créneau de livraison. Ensuite, de mon côté, j’envoie les différentes commandes aux fournisseurs. Chaque matin, je fais la tournée des producteurs de frais. Après, je rentre, je dispatche, je prépare les commandes, j’assemble avec quelques produits stockés et je fais les livraisons.

Vous couvrez une grande partie de l’Alsace du Nord ?

Oui, la zone s’étend de l’autoroute à l’Ouest jusqu’au Rhin à l’Est et de Haguenau au nord à Hœrdt au Sud. Je travaille également avec deux points relais. Un à Haguenau, un autre à Reichstett. Ça me permet de toucher des gens en dehors de la zone. L’idéal serait de l’étendre, d’avoir plus de points relais, de recruter un livreur supplémentaire et de développer les livraisons groupées en entreprise. Pour l’instant, le lancement s’est bien passé. Je ne suis pas encore à 100% de ce que je peux faire.

Plus de 500 références sont disponibles

CONTENUS SPONSORISÉS