Et si on pataugeait dans la bonne humeur ?

La Bike&Run de La Wantzenau, dimanche 27 janvier, est la plus ancienne course de ce genre en Alsace. L’aînée ne peut pas se reposer sur cette simple marque historique et doit encore séduire de nouveaux adeptes.

0
248

Pour faire simple, le « Bike & Run », ça se court à deux, avec un seul vélo, mais deux paires de chaussures. Sur la distance, un est à pied, l’autre sur son vélo, et quand le premier en a marre, hop, on change. « Au départ, c’était un entraînement de triathlètes pour faire du fractionné. Ça existait en région parisienne, en Bretagne », explique Jean-Marc Bornert, le vice-président et fondateur du club de La Wantzenau en 2000. « On a essayé. C’est assez violent, mais sympa. On s’est rendu compte qu’on faisait de gros efforts sans trop s’en rendre compte. » Et puis une course est née, en 2008, la première du genre en Alsace.

Aujourd’hui on en compte 13, avec un petit challenge pour les amateurs du genre. C’est bien pour la discipline, moins bien pour le club qui a perdu en nombre d’inscrits ces dernières années sur sa course fétiche. « Au maximum, en 2014, on avait 400 équipes ! » Cette année, on table plutôt sur 120-150 équipes pour la partie Bike & Run. Et un peu plus en comptant le Cross Duathlon qui a été ajouté pour garder une fréquentation honorable. Quelle différence ? « Le Cross Duathlon, c’est 5 km à pied, puis 15 km à VTT, et à nouveau 2.5 km à pied, seul ou en relais, mais un seul à la fois. »

Là où certains organisateurs prient pour avoir du beau temps, du côté de la Wantz’ c’est presque le contraire : « On a la réputation de le faire dans la boue », rigole Jean-Marc Bornert. « On aura toutefois un parcours un peu plus roulant cette année, c’est idéal pour se lancer. A part la digue, c’est pratiquement plat. Sur la partie VTT, pas besoin d’être un bon technicien. C’est pas comme en montagne. Là, il faut simplement savoir trouver la bonne trajectoire. Tout le monde peut y prendre du plaisir. »

Les organisateurs ont aussi ajouté une course pour les tout petits et une course benjamins / vétérans, avec une petite idée derrière la tête : « On adorerait voir le petit fils et le grand père courir ensemble… » Ce serait sans doute une image très belle pour une course qui ne manque pas de charme. À tester, comme spectateur, ou en selle.

wantz-bikeandrun.com