Elle collectionne les capsules de champagne

Marguerite Gunder, propriétaire de l’hôtel-restaurant Le Gimbelhof, dans les hauteurs de Lembach, est une passionnée. Pins, sous-bocks, stylos, muselets, ces petites capsules que l’on trouve sur les bouchons de champagne, ont envahi son quotidien.

0
59

La passion fait des émules, car Eléa, 9 ans, l’une de ses petites-filles, a déjà pris la
relève ! C’est pourtant par hasard que Marguerite Gunder a commencé sa collection de muselets, il y a une quinzaine d’années : « Alors que je servais une coupe de champagne, un Veuve-Cliquot pour ne pas le citer, mon regard a été attiré par sa capsule. Elle m’a plu, tout a démarré comme ça », raconte la collectionneuse.

Des centaines de marques différentes

Les muselets de nombreuses marques de champagne, les plus grandes comme Deutz, Roederer, Dom Pérignon, mais aussi de petits récoltants moins prestigieux trouvent tous leur place dans ses innombrables tableaux. Ils sont tous classés par ordre alphabétique et répertoriés sur des fiches. Et du coup, la destination touristique préférée de la collectionneuse est évidemment la ville de Reims. Juste à côté de la cathédrale se niche un caviste.

« Nous y découvrons à chaque fois des crus que nous ne connaissons pas. Et nous repartons avec plusieurs cartons dans les bras », plaisante Marguerite Gunder. Elle compte 1930 pièces uniques, dont la plus chère, une Deutz dorée à l’or d’une valeur de 115€.

Au fil du temps, Marguerite Gunder a aussi accumulé de nombreux doubles. Ses amis et ses clients connaissent sa passion et n’hésitent pas à venir au Gimbelhof avec quelques muselets dans leurs poches, ce qui lui a permis de démarrer trois nouvelles collections destinées à ses trois petits-enfants, dont Eléa qui affirme du haut de ses 9 ans qu’elle veut faire comme mamie.