Des mini-entrepreneurs à Haguenau

Comme chaque année, 150 mini entreprises voient le jour dans la Région, à l’occasion du championnat créé par Entreprendre pour Apprendre. À Haguenau aussi, des jeunes entrepreneurs ont décidé de monter leur propre projet.

0
115

Créer son entreprise en 4e, c’est possible ! 

C’est en tout cas de cette manière que l’association Entreprendre Pour Apprendre (EPA) souhaite motiver les jeunes. EPA a pour objectif de les aider à révéler leurs talents et de développer leur autonomie, leur responsabilité et leur confiance en soi. 

Depuis plusieurs années, elle propose aux écoles et aux Missions Locales de participer au championnat des Mini Entreprises. Ainsi, pendant une année scolaire, les jeunes inscrits vont développer leur entreprise. Cela leur permet de développer leurs compétences professionnelles, en passant de la conception d’un produit à sa commercialisation.

Chaque mini-entreprise est créée par un groupe d’élèves. Elles s’affrontent ensuite à l’occasion de championnats territoriaux, puis nationaux ! Dans le Grand Est cette année, 150 mini entreprises ont été créées. Parmi elles, on retrouve le collège Kléber ainsi que la Mission Locale de Haguenau. 

Donner une seconde vie 

à des Kakémonos

Quand EPA est venu présenter ce projet à la Mission Locale de Haguenau, Audrey n’a pas hésité. « Ça pourrait me motiver à monter mon entreprise plus tard», dit-elle. Au final, ils sont trois à participer à ce projet. « Chacun d’entre nous a donné ses idées. On voulait créer quelque chose à base de produits recyclés. En cherchant, on a trouvé des vieux kakémonos et des bâches publicitaires dans les bureaux de la Mission Locale, et on a décidé d’en faire des sacs et des pochettes ! »

Puis ils ont dû suivre différentes étapes : trouver un nom « Second Life », créer leur logo, ouvrir un compte, réaliser une étude de marché, obtenir un fonds de démarrage… Une véritable entreprise, dans laquelle chacun a un rôle précis. Ici, Audrey est en charge de la communication, Stephen des aspects financiers, et Laura de la partie administrative. 

Peu nombreux, ils vont bientôt mener des entretiens d’embauches, pour recruter des collaborateurs. Puis ils passeront enfin à la confection.

« L’entreprise d’insertion Libre Objet à Strasbourg nous a ouvert les portes de son atelier », poursuit Audrey. « Nous allons pouvoir l’utiliser pour nos fabrications ». 

Une première présentation

Le 29 janvier, ils ont présenté leur mini entreprise pour la première fois à des professionnels issus d’une vingtaine d’entreprises, au Siège du Conseil Régional à Strasbourg. « C’était un sacré exercice de prendre la parole devant toutes ces personnes, et c’était assez stressant », se souvient-elle. Pour Barbara Richert, en charge de ce projet à la Mission Locale, c’est déjà une réussite. « Notre objectif est qu’ils apprennent quelque chose dans chaque projet qu’ils entreprennent : s’exprimer devant un public, s’investir dans un projet… c’est déjà un grand pas pour eux », se réjouit-elle. 

Les mini-entrepreneurs ont jusqu’au 3 mai, jour du championnat régional au Conseil de l’Europe, pour concrétiser leur projet que nous ne manquerons pas de suivre.