Des liaisons manquantes

Le GECT Eurodistrict PAMINA a organisé une conférence à Bruxelles sur les chaînons manquants ferroviaires transfrontaliers. Il était notamment question de la ligne Karlsruhe-Rastatt-Haguenau-Saarbrücken, sur laquelle un chaînon de 60 km traversant des communes telles que Herrlisheim ou Roeschwoog devrait être réactivé d’ici deux ans.

0
104
© Union Européenne / Fred Guerdin

La ligne Rastatt-Haguenau faisait partie de la ligne Nürnberg-Luxembourg utilisée pendant les deux guerres mondiales à des fins militaires. Après des années d’inutilisation, sa réactivation favoriserait la mobilité et le développement économique dans l’espace PAMINA.

Étude préalable

Une étude sera réalisée pour une réactivation d’ici l’été 2021. « Il y a un chaînon d’environ 60 km qui doit être réactivé. Il traverse par exemple Oberhoffen, Herrlisheim ou Roeschwoog. Une étude de faisabilité va être réalisée, pour évaluer notamment l’état des rails. Elle portera aussi sur toute l’offre de mobilité, car avant ou après le train, les gens prendront leur voiture, le bus ou le vélo. Tout cela est lié. Nous œuvrons pour une mobilité multimodale transfrontalière », explique Nelly Sämann, chargée de projets à l’Eurodisctrict.

Conférence à Bruxelles

En avril, les liaisons manquantes au sein de l’UE ont fait l’objet d’une conférence organisée par le Comité européen des régions et le GECT Eurodistrict PAMINA. À Bruxelles, des représentants de plusieurs pays ont réclamé un renforcement du financement, pour que les communautés puissent exploiter toutes leurs possibilités. « Quatre corridors européens se trouvent à proximité immédiate les uns des autres et les quelques km qui manquent entre Rastatt et Haguenau permettraient de les relier et de créer une importante ligne parallèle. Ce faisant, on développerait l’espace transfrontalier sur le plan économique ; les citoyens bénéficieraient d’un meilleur accès au marché du travail transfrontalier, ainsi qu’aux services de santé et de proximité. Les entreprises implantées le long de ce trajet pourraient faire passer leurs marchandises de la route sur le rail et contribuer de manière significative à protéger l’environnement », indique Rémi Bertrand, le Président du GECT Eurodistrict PAMINA.