Haguenau – Des jeux pour s’évader tout l’été

Partir à la recherche de l’épée sacrée dans la forêt ou intégrer le cercle très fermé d’un groupe de cambrioleurs … Découvrez les multiples jeux à ciel ouvert de l’été.

146

« Élémentaire mon cher Watson ». Si vous avez toujours rêvé de prononcer la célèbre phrase du détective Sherlock Holmes, les activités proposées pendant la période estivale par la municipalité en partenariat avec la société Lock Adventure, sont faites pour vous.

Le jeu de piste « L’Épée sacrée de la forêt », très plébiscité en octobre et avril derniers, invite les participants à mener l’enquête au milieu des bois. Loup y es-tu ? « Ce type de jeu piste se conçoit exactement comme les jeux en intérieur », explique Frédérif Hiff, président de Lock Adventure. Destinée à un public familial, cette manifestation dont les inscriptions sont déjà ouvertes s’inscrit dans le cadre de la démarche Haguenau Forêt d’Exception et vise aussi à renforcer les liens entre les habitants du territoire et la forêt. Au fil des quatre éléments, les joueurs doivent évoluer d’énigmes en énigmes, de chemins en chemins, au milieu des arbres centenaires, pour remettre la main sur l’objet sacré. Débarqués fin 2013 en France, les escape game, ou « jeu d’évasion » en français, ont vu le jour au Japon. En équipe, les participants sont invités à se mettre dans la peau de personnages et à résoudre des énigmes selon un scénario donné. Rendez-vous du 18 juillet au 22 août au départ de l’Auberge du Gros Chêne à Haguenau. 

Gentleman cambrioleur ?

Avec « L’Épreuve de l’ombre », autre escape game urbain ouvert depuis le 8 juin, les joueurs deviennent des Arsène Lupin en herbe. 

Frédéric Hiff nous met l’eau à la bouche : « Sur le thème du cambriolage, vous allez devoir passer plusieurs épreuves pour intégrer le cercle restreint de l’organisation du big Boss qui souhaite faire un nouveau casse et recrute son équipe ». Que disent de nous ces jeux de rôles auxquels se prêtent des adultes, des bandes d’amis ou des familles entières ? « Nous avons tous un quotidien à 200 à l’heure », avance Frédéric Hiff. « On cherche à s’évader et lorsqu’on entre dans un escape game, on vit une aventure, on se déconnecte de la réalité », ajoute-t-il.  

CONTENUS SPONSORISÉS