Dépasser la maladie ensemble

Du 6 au 7 septembre, l’établissement public de santé mentale de Brumath organise « Courir en tête », une course de relais solidaire de 24h sans classement et sans chronométrage où chacun pourra aller à la rencontre des patients en psychiatrie et participer au financement de projets de l’hôpital autour de la maladie mentale.

0
286

Voilà plusieurs années que l’EPSAN, l’Établissement Public de Santé Alsace Nord, organise ces courses. Seul ou en équipe, avec sa classe, ses collègues ou un groupe d’amis, l’établissement invite tout le monde à participer à ce marathon-relais d’une demi-heure, de 1h, de 3h, de 6h ou même de 24h au travers d’un kilomètre de parcours dans les services de l’hôpital.

L’inscription est payante, mais tout l’argent collecté par la direction de l’EPSAN sera utilisé pour financer un appel à projets à l’intention des malades. L’an dernier, la cagnotte récoltée a contribué à l’achat de vélos pour les patients, au financement d’un séjour thérapeutique, à la mise en place d’un atelier d’équithérapie ainsi qu’à l’achat d’outils numériques à but éducatif.

Une course solidaire

Cela fait plus de vingt ans que l’ultra-triathlète Matthieu Hiltenbrand s’investit au côté des malades. Habitué de l’organisation de courses, c’est lui qui, il y a trois ans, a proposé l’organisation de ce relais, avant la participation des malades : « On a voulu permettre au patient d’être acteur, de s’intégrer, et ainsi lui donner l’opportunité de partager avec tout le monde. »

L’année dernière, directeur, patients et membres du personnel figuraient sur la même ligne de départ. « L’espace d’un instant, il n’y a plus de frontières ». Une initiative à laquelle participent également des associations et étudiants, notamment ceux des écoles d’infirmière, qui, l’an dernier, ont couru durant la totalité des 24 heures.

Pour effacer les frontières

L’idée est à la fois de créer du lien social entre les patients et ceux à l’extérieur, mais aussi de dépoussiérer une image souvent fantasmée, erronée, de la maladie mentale. Matthieu Hiltenbrand le souligne d’ailleurs : « Il y a 20 ans, ce genre d’initiative ne se serait jamais fait en psychiatrie, ou du moins avec beaucoup de difficultés. Aujourd’hui encore, il faut lutter pour casser les clichés. »

L’inscription à la course aura lieu le vendredi 6 septembre à 11h et le début de la course à 12h. Ensuite, chacun pourra la rejoindre lorsqu’il le souhaite. Patients comme non patients pourront s’y rencontrer autour d’une petite restauration, d’animations, de jeux et d’ateliers administrés par le personnel de l’établissement. Les frais de participation s’élèvent à 5 euros.