Dans les coulisses avec les Sheerdoor

Depuis six ans, le groupe Sheerdoor enflamme les scènes alsaciennes. Une basse, une batterie, une guitare et une voix, les quatre musiciens affirment un style absolument rock.

0
506

Salle polyvalente de Zinswiller. 19h30, ouverture des portes, une heure plus tard début du concert. Ils sont sur place depuis 15h30, les réglages s’enchaînent : son, voix et lumières.

Je découvre les Sheerdoor en pleine balance. J’entends parler de creux, de volume, de retour… Le technicien-sonorisation des Sheerdoor fait le tour de la salle et monte sur scène pour égaliser le son. Tout est fait, c’est au tour du public de prendre possession des lieux.

Les Sheerdoor se dévoilent

Ils sont quatre, musiciens et chanteur, et s’expriment tour à tour. Jean Dervieux, 42 ans, originaire de Hochfelden, le batteur du groupe : « J’ai commencé la musique avec le piano, mais dès l’adolescence, je me suis tourné vers la batterie, mon instrument de prédilection. » Pascal Wendling, 45 ans, de Duntzenheim, bassiste: « mon truc, c’était le foot. Je suis arrivé tard dans la musique, j’avais une vingtaine d’années. Je jouais en dilettante avec Jean et un groupe de potes. Progressivement, c’est devenu sérieux ». Valentin Kauffmann, 26 ans, de Saverne, le guitariste du groupe. « J’ai rencontré Jean et Pascal, et le projet de monter un groupe est né. Mais il manquait un chanteur ».

Les trois musiciens décident de passer une annonce : leur rencontre avec Jonathan Reinhart, chanteur et guitariste, 44 ans, de Haguenau, donne naissance au groupe. Et lors d’une répétition, à la recherche de leur identité, entre noms alsaciens et anglais, ils choisissent Sheerdoor. 21h30. Le concert bat son plein. Le public chante et danse sur des reprises incontournables de la scène rock internationale et sur leurs propres compositions.

Un public conquis et des projets

« Notre esprit d’équipe nous soude et nous insuffle une véritable énergie que nous transmettons au public lors des concerts », raconte Jonathan Reinhart. Ils ont chacun une vie de famille et une profession, mais avec pas moins de 25 scènes par an, leur dynamisme ne faiblit pas : « C’est une véritable chance de faire de la musique. Nous nous construisons ensemble. ». En 2020, un album verra le jour. Sheerdoor évoque aussi la sortie d’un vinyle d’une douzaine de compositions, dont huit sont déjà sur papier. Fin de soirée. On a oublié l’heure.