Dacia Duster Eco-G, la bonne pioche

Dacia a, de longue date, une tendresse particulière pour le GPL. En cette année mouvementée où se posent avec une insistance renouvelée les enjeux écologiques, le constructeur roumain confirme cette inclination. Le Duster s’offre en effet un excellent moteur GPL qui a tout de la bonne affaire.

0
296

En 2010, Dacia surprenait son monde en proposant sur son Sandero une motorisation GPL. À l’époque, la proposition technologique, en l’occurrence le 1,4 MPi, était trop datée pour être intéressante. Dix ans plus tard, Dacia retente l’expérience avec son Duster. En ces temps de mutation écologique, le GPL se positionne opportunément à la croisée des chemins. Il s’agit du carburant fossile le moins polluant. Ses émissions de CO2 sont 10 % moins élevées que celles de l’essence et la combustion de ce gaz liquide issu du pétrole n’émet pas de particules fines et relativement peu de monoxyde de carbone. Sur le papier, la formule est séduisante.

La bonne affaire

Dacia n’a pas renouvelé l’erreur faite avec la Sandero GPL. Ici, la production a été, dès le départ, organisée pour accueillir cette solution. L’association avec le 1 l TCe est réalisée directement en usine et les composants sont fournis par le grand spécialiste italien de la technologie, Landi Renzo. Le résultat est sans appel : le moteur profite pleinement des propriétés du GPL et offre d’emblée 10 Nm de couple supplémentaires. Ce sont les bas régimes qui en profitent le plus avec un dynamisme nettement amélioré. Cette installation en usine évite des surcoûts qui peuvent atteindre 2 000 € si l’opération est réalisée après achat. Ici, la version GPL est au prix de l’essence, soit un ticket d’entrée à 12 490 €. Si l’on ajoute à cela un prix au litre entre 30 et 70 % inférieur à celui de l’essence (83 centimes/l), selon les cours du baril, et une carte grise gratuite dans bon nombre de régions françaises, on obtient une véritable bonne affaire. Sans compter que le Duster Eco-G échappe au malus sur l’ensemble des finitions, alors que le TCe 100 est plombé à hauteur de 190 € sur les plus hauts niveaux. La liste des avantages s’allonge encore si l’on considère la gratuité de stationnement dans certains centres-villes et la récupération à 100 % de la TVA pour les entreprises.

Du pareil au même

En dehors de ces atouts non négligeables, le Dacia Duster Eco-G propose les mêmes prestations et le même agrément de conduite que le TCe 100. Les performances en mode GPL (un petit bouton à gauche du volant permet de basculer entre l’essence et le gaz) sont même supérieures à bas régime. Le couple maximal est disponible 750 tours plus bas. L’Eco-G gagne 0,6 s sur l’exercice du 0 à 100 km/h (13,6 s). Il convient toutefois de remettre en perspective ces bonnes dispositions : ce Duster n’est pas une bête de course, mais un routier placide. Les consommations flirtent avec les 9 l/100 km, ce qui correspond à environ 400 km d’autonomie avec le réservoir de gaz. Cela s’ajoute aux 50 l du réservoir d’essence. De quoi voir défiler du paysage. Pour le reste, la tenue de route est sans reproche et le confort, malgré une insonorisation moyenne, est excellent dans cette gamme de prix. Côté équipement, le catalogue est exactement le même : démarrage main libre, caméra de recul, climatisation automatique, surveillance des angles morts et autres équipements modernes, sont de rigueur. Reste un élément à vérifier avant de sauter le pas : la proximité d’une station-service qui propose ce carburant. C’est le cas pour environ 1 600 des 12 000 stations françaises.