Commerces à Haguenau : comment se passe l’après-Covid ?

Les deux mois de confinement ont été difficiles pour les commerces haguenoviens. Alors que les soldes d’été ont démarré le 15 juillet, Carole Mortier, présidente de la Fédération des Commerçants de Haguenau depuis quatre ans, fait le point pour Maxi Flash.

0
520

Huit semaines de confinement délicates pour les commerçants de Haguenau. Et une période d’après-covid qui l’est tout autant : « La fréquentation n’est pas à la hauteur de ce qu’elle devrait être en cette période », affirme Carole Mortier, qui a entamé en 2020 son quatrième mandat à la tête de la Fédération des Commerçants de Haguenau.

Celle qui dirige aussi l’entreprise familiale Alsace Alimentaire Équipement évoque pêle-mêle un « manque de confiance en l’avenir » et des « clients pas rassurés ». « Pendant le confinement, les commerçants ont été obligés de redoubler d’efforts dans les magasins pour que ça se passe au mieux », analyse Carole Mortier qui évoque aussi de jolies histoires comme ces commerçants qui vendaient quelques produits de la boutique d’en face encore interdite de réouverture. Pendant le confinement, la Fédération des Commerçants a été présente pour ses 120 adhérents : « On a relayé toutes les informations qu’on pouvait recevoir de la CCI ou de nos banques », raconte la cheffe d’entreprise.

L’espoir d’une relance pendant l’été

Début juin, une étude de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) montrait que les commerces français sont ceux qui ont vu le plus leur activité s’effondrer en Europe avec une chute de 30% en avril, contre 19% en moyenne dans le reste du monde. Parmi les secteurs les plus touchés, le prêt-à-porter.

« Les essayages sont compliqués, ce n’est pas simple pour les gens, le port du masque peut être compliqué et certains ne sont pas à l’aise où ont des problèmes pour respirer », poursuit Carole Mortier. Et pour la suite ? « C’est compliqué de reprendre une vie normale. On essaie d’imaginer des choses pour la suite. Tout va dépendre ce qui va se passer cet été, peut-être va-t-on profiter un peu du tourisme. On pourra faire aussi un bilan après les soldes », anticipe-t-elle, avant d’espérer que la braderie du premier week-end d’août, dont le dossier a été déposé à la sous-préfecture, puisse se tenir.