Citroën Ami, une puce électrique

Après un galop d’essai à une époque où la technologie n’était pas encore prête, Citroën remet les doigts dans la prise. L’offensive électrique des Chevrons se traduit concrètement par la sortie de quatre véhicules électriques entre fin 2020 et fin 2021. En ce début d’année, deux modèles font les gros titres : la C4 et l’Ami. Cette dernière montre la volonté du constructeur français d’explorer de nouvelles pistes pour inventer la mobilité de demain.

84

Chez Citroën, le passé est le futur. En avril 1961, l’Ami 6 apparaît ainsi au catalogue du constructeur français et se fait une place entre les 2 CV et les DS. Son style inimitable, mais aussi ses choix techniques et esthétiques aussi audacieux que discutables, en font un modèle mythique. Pas étonnant, alors, de voir Citroën puiser dans son histoire glorieuse pour écrire l’avenir. En 2019, un concept original pointe le bout de sa calandre lors du salon de Genève. Les observateurs d’alors ne croient pas au passage par la case série de cet étonnant cube électrifié. L’avenir leur donnera tort, l’Ami a pris la route.

Pile carrée

Dire que le style relève de la prise de risque est un euphémisme. Ce cube sur roues, à la frimousse aimable, défie les canons actuels. Les deux portes à ouverture différente trahissent la volonté de briser tous les codes. Côté passager, la portière s’ouvre normalement, côté conducteur, elle s’ouvre vers l’arrière. On salue l’audace… moins la praticité au quotidien. Sans parler des fenêtres qui ne s’ouvrent qu’à moitié. 

L’Ami témoigne d’un désir d’ouvrir de nouvelles voies pour la mobilité de demain. Les matériaux utilisés sont basiques pour réduire les coûts et l’empreinte écologique. Ce n’est pas très valorisant mais l’objectif n’est pas là : l’idée est d’offrir un véhicule électrique urbain à moins de 7 000 €. L’instrumentation est ainsi réduite au strict minimum avec un petit écran qui affiche la vitesse, l’autonomie et le kilométrage. Pour les autres informations, il faudra brancher son smartphone sur l’emplacement qui lui est réservé.

Au rayon diète, il faut aussi noter l’absence d’autoradio, de rétroviseur intérieur et de pare-soleil. L’Ami accueille en effet de manière spartiate deux occupants adultes. L’espace est suffisant grâce à des dimensions généreuses (2,41 m de long et 1,39 de large). Les nombreux rangements intérieurs compensent l’absence de coffre.

Pour la ville

Il faut garder à l’esprit que l’Ami entre dans la catégorie des quadricycles légers. La puce électrique est donc accessible dès 14 ans avec un simple permis AM (brevet de sécurité routière). La vitesse est limitée à 45 km/h et la puissance s’élève à 8,2 ch. Cette petite auto est donc destinée à un cadre uniquement urbain. Elle est de toute façon interdite sur les voies rapides.

Son gabarit et son rayon de braquage de 7,20 m brillent dès qu’il s’agit de s’insérer dans un trafic dense ou dans une place exiguë. La visibilité périphérique étant excellente, le sentiment de sécurité est bon. Au rayon des points perfectibles, l’insonorisation, mauvaise, figure en bonne place. Le confort relatif des sièges vient par ailleurs saper le bon travail des suspensions. Un temps d’adaptation est nécessaire pour se faire à la direction non assistée, assez lourde, et au freinage sans ABS qui sert aussi de régénération de la batterie. L’autonomie est annoncée à 70 km, un rayon suffisant en ville.

Ce modèle totalement à part dans le paysage automobile bénéficie d’un bonus de 900 €. Pour élargir sa cible, Citroën propose en partenariat avec Darty des offres de location longue durée alléchantes à partir de 19,99 € par mois (après un premier loyer de 3 541 €). Affaire à suivre.  

CONTENUS SPONSORISÉS