Céline Marder, Appétence Design

Née dans les Ardennes, et installée en Région parisienne, elle tombe amoureuse d’un Alsacien qui vend de très belles voitures et s’installe ici il y a un an, puis elle ouvre le studio Créaculinaire (creaculinaire.com). Céline Marder exerce le nouveau métier de designer culinaire. Elle intervient dans tous les secteurs des métiers de bouche et designe les mets pour des expériences sensorielles inédites.

0
220

Vous êtes designer culinaire, mais quel est votre parcours ?

J’ai une formation de designer, j’ai fait toutes mes études à l’école supérieure d’art et de design de Reims. C’est là que le design culinaire est né, grâce à Marc Brétillot qui est son fondateur. J’ai toujours gardé un œil sur cette activité, mais je suis partie en région parisienne pendant une dizaine d’années. J’ai assuré la direction artistique du groupe Les frères Blanc, spécialisé dans les brasseries parisiennes comme Au pied de Cochon près des Halles.

Et pourquoi êtes-vous revenue sur le design culinaire ?

À force d’être en contact avec les chefs, j’ai voulu allier mes deux passions, la cuisine et le design et j’ai repris mes études à Reims en intégrant le premier Master de recherches en design culinaire. En 2011, j’ai lancé mon activité. J’ai enseigné le design culinaire aux apprentis à l’école hôtelière Médéric à Paris, comme aux étudiants de Science Po sur le campus de Reims. Je suis intervenu auprès de chefs et de traiteurs sur des événements et j’ai conseillé le Team France pour le Bocuse d’or.

C’est quoi le design culinaire ?

C’est une vaste question, mais en une phrase c’est du design appliqué à l’alimentation. C’est une discipline relativement jeune, et notre rôle est d’apporter une nouvelle expérience à l’acte de manger. Nous sommes vraiment dans une démarche globale, on s’interroge sur le contenant, le contenu, le contexte et le lieu qui s’y rattache. On essaye de proposer des solutions créatives, esthétiques, et surtout différentes. Le but est de créer une cohérence et du coup de faire vivre une expérience sensorielle.

Et que proposez-vous avec le studio Créaculinaire ?

Des ateliers de design culinaire, pour des professionnels, pour des novices, pour des gourmands, pour des adultes ou des enfants, pour des curieux. L’aliment est mon outil de création et de réflexion. À travers ces ateliers, je souhaite faire partager cette expérience pour que les gens puissent s’approprier les aliments, et associer aux plaisirs de la dégustation le plaisir de la création.

Vous avez présenté votre travail et votre studio aux Internationaux féminins de Strasbourg ?

J’ai eu la chance d’intervenir lors de la demi-finale. J’en ai profité pour mettre mes invités aux défis, en leur proposant de designer leurs gaufres salées en un paysage champêtre et automnal. L’idée est d’offrir mes services aux restaurateurs, aux traiteurs, aux bouchers, et aux boulangers, mais aussi aux professionnels de l’événementiel avec des animations ou des ateliers de design culinaire totalement inédit.

Pourquoi aimez-vous ça ?

Parce qu’on a toujours dit qu’il était interdit de jouer avec les aliments, je prends le contre-pied, je joue avec, mais je les respecte, je suis dans une démarche écologique, j’ai d’ailleurs créé des contenants comestibles pour éviter au maximum les déchets, notamment lors des cocktails.