Schleithal : Catherine Tête et des épaules

La Tête ferme est une exploitation de Schleithal qui depuis 2019 se tourne peu à peu vers l’agriculture biologique. Un engagement important pour Catherine Tête. La dirigeante est confiante, car cette transformation ne se fait pas sans partenaires locaux qui ont tous en commun une formidable volonté d’entraide et de partage.

2158
Catherine Tête compte sur le soutien de nombreux acteurs locaux sur le territoire. ©DR

Votre exploitation est passée au bio. Pourquoi ?

C’est un choix qui nous permet d’être en accord avec nos convictions. Cela prend du temps. Il faut faire les choses progressivement, assimiler les techniques. Mais, la conversion est en route, nous y mettons toute notre énergie et nous sommes confiants.

Cela implique beaucoup de changements ?

Notre exploitation est à la base une exploitation céréalière. L’an dernier, la période du confinement a été le déclencheur de notre production de courges et d’huile de colza. Dans notre réflexion globale pour le passage en bio, nous souhaitons diversifier nos cultures et offrir des produits en circuit court, tout en nous laissant le temps de faire les
choses bien. 

La Tête Ferme cultive neuf variétés de courges. ©DR

Et pour cela, vous n’êtes pas seule. Vous pouvez compter sur un grand réseau.

Oui ! Grâce au réseau de proximité, nous avons lancé l’huile de colza, pressée par Chrétien Jaming près de Lembach, et la soupe de Gourges et Gourgettes, cuisinée chez Anne Sigrist dans le village. Mes produits ont été mis en avant ou utilisés par Pascal Schellhorn, du Carrefour de Seebach, le restaurateur Nicolas Saux, le Locavore de Scheibenhard, la cantine du collège de Wissembourg, et bien d’autres ! Et nous avons créé des coffrets Vun Schladel, avec mes produits, le miel de Mickaël Ruff, la confiture de Pascale Koehler et un pâté de chez Sigrist. 

Quel est l’impact de la crise sanitaire sur vos activités ?

Depuis le Covid, les habitants se tournent davantage vers les produits locaux, et une forte solidarité s’est exprimée. Elle a mis en exergue la richesse de notre écosystème et a favorisé des synergies très riches ! Il y a une vraie force sur le territoire. Avec tous mes partenaires, nous souhaitons valoriser le local. Nous devons poursuivre cet engagement pour l’attractivité de notre territoire et pour nos métiers !   

CONTENUS SPONSORISÉS