Cancer du sein : la palpation comme première solution

Octobre rose s’est achevé mais le dépistage du cancer du sein ne s’arrête pas pour autant. Au centre hospitalier de Haguenau (CHH), les praticiens et les infirmiers en formation proposent des ateliers de palpation des seins et un numéro de téléphone dédié.

54
Apprendre à palper les seins pour déceler des anomalies lors d’un atelier / ©DR

Peau d’orange, rétraction du mamelon ou anomalies du relief : de visu ou au toucher, le buste en silicone présenté lors des ateliers de palpation montre bel et bien des tumeurs. Organisés lors de la Haguenovienne, puis au CHH à l’occasion de la campagne nationale Octobre rose, les ateliers ont attiré plusieurs centaines de candidats. Personnels de l’hôpital, patients ou simples visiteurs, le public était éclectique selon le docteur Françoise Brand, praticienne en gynécologie : « Les élèves infirmiers ont invité familles et amis, le personnel et les patients, leurs conjoints, et même la société de sécurité privée a envoyé ses agents… que des hommes ! »

Devant le buste, pas de gêne, « tout est naturel. On leur explique d’abord, et la palpation devient facile. C’est vraiment bien fait, il y a des nodules, des ganglions, les tumeurs sont plus ou moins profondes, et toutes ne sont pas des cancers », détaille le Dr. Brand. Comme dans la réalité, car le but n’est pas de traumatiser les femmes : « Il y a des choses graves et d’autres pas, et les patientes sont très fortes pour déceler les anomalies ».

Les ateliers remplissent donc leur rôle de dédramatisation, mais aussi de sensibilisation. Les élèves infirmiers sont très investis, que ce soit sur place ou à l’hôpital de Wissembourg, complémentaire au CHH. Par ailleurs, un numéro de téléphone Allo cancer de la femme* a été mis en place, auquel répond une infirmière référente. Les médecins peuvent appeler pour caler des rendez-vous rapidement, ou les patientes elles-mêmes : l’accès aux soins est facilité.

En 2020, le CHH a ainsi pris en charge 227 cas de cancers gynécologiques, dont 123 cancers du sein. Les chiffres en légère hausse le prouvent, le dépistage augmente : « Les femmes jeunes se renseignent sur internet et savent quand elles ont un souci, et les plus âgées sont prises en charge plus longtemps, jusqu’à 80 ans, car elles sont en pleine forme », note le Dr. Brand. « Dans les années à venir, une femme sur huit sera concernée. Mais dans 90% des cas, dans les pays développés, on guérit de ce cancer. »

*Allo cancer de la femme au 0388063131

CONTENUS SPONSORISÉS