CAH – Les commerces initient leur transformation digitale

La Communauté d’Agglomération de Haguenau s’engage, en collaboration avec la CAP, l’association des commerçants, artisans et prestataires de services de Haguenau, à accompagner les commerces de la zone vers une transformation digitale. Jean-Michel Staerlé, adjoint à la mairie de Haguenau et élu de la CAH, a annoncé un diagnostic, mené par le cabinet Lestoux. Une feuille de route sera annoncée cet automne.

141
La démarche a été exposée par David Lestoux (debout) le 28 juin, en présence de l’élu Jean-Michel Staerlé (premier rang). / ©DR

Maxi Flash : Les commerces doivent s’adapter aux nouvelles tendances et se digitaliser. Que doivent-ils faire ?

Jean-Michel Staerlé : Aujourd’hui, plus que jamais, il faut conserver une vitalité commerciale au centre-ville. Pour qu’elle puisse perdurer, en plus d’avoir une enseigne physique bien visible, il faut qu’il y ait une véritable présence digitale, au travers des réseaux sociaux notamment. Je ne dis pas qu’il faut faire du commerce virtuel. La démarche de digitalisation n’est pas synonyme de fin des commerces de proximité. Il faut simplement que les commerçants soient présents sur internet et que toutes les informations utiles soient disponibles en ligne. Chacun gère comme il le souhaite son niveau de présence. La nouvelle génération, celle qui veut aller chez le coiffeur ou faire des achats, se tournera d’abord vers internet pour trouver les horaires d’ouverture, les services proposés et même les tarifs. Cette dimension digitale doit être prise en compte. Chaque commerçant doit s’adapter. Nous cherchons à les sensibiliser. Un grand nombre d’entre eux ont déjà passé le pas, et tant mieux !

Cette démarche doit aussi servir à dynamiser un centre-ville, n’est-ce pas ?

Effectivement. Un centre-ville, ce sont ses commerçants, ses prestataires de services et aussi ses habitants. La municipalité doit faire en sorte que ce tout fonctionne ensemble. Pour nous, il est important d’avoir des commerçants présents au centre-ville, pour que les gens s’y déplacent. C’est aussi une manière d’y maintenir l’habitat. Les habitants sont importants. Ce sont eux les clients de proximité.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Il y aura une première étape de diagnostic et de sensibilisation, menée par le cabinet Lestoux, spécialisé dans la dynamisation des centres-villes. Une centaine de commerces seront diagnostiqués. Cela permettra d’établir une cartographie pour avoir une vision des points forts et des points faibles. Nous devrions avoir tous les éléments pour l’automne. Ensuite, tous les acteurs seront réunis pour présenter la feuille de route. Avec la CAP et la CCI, nous déciderons quelles actions seront mises en œuvre. Le dynamisme d’un centre-ville ne repose pas uniquement sur la digitalisation, mais aussi sur l’accessibilité, les espaces publics ou encore les animations, par exemple.

CONTENUS SPONSORISÉS