Brumath rend hommage au peintre Georges-Daniel Krebs

Du 1er au 18 septembre, une exposition sur la vie « haute en couleurs » de l’artiste brumathois Georges-Daniel Krebs est accessible à la médiathèque Les Triboques de Brumath.

156
Le peintre dans son atelier, 1932. Huile sur toile par Georges-Daniel Krebs / ©DR

Georges-Daniel Krebs est issu d’une famille bourgeoise de Brumath. Si un de ses frères a décidé de reprendre l’entreprise familiale, lui se découvre plutôt une passion pour l’art. En 1908, il est élève à l’École des arts décoratifs de Strasbourg, puis enchaîne avec l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, où il suit l’enseignement d’Edouard von Gebhardt.

Alors que le premier conflit mondial explose, l’Alsacien est enrôlé de force et envoyé sur le front de l’Est. À son retour, en 1919, il termine ses études et publie son premier portfolio intitulé «Nos Vosges romantiques».

Il expose dans la foulée à la Maison d’art alsacienne de Strasbourg. Entre deux voyages en Italie, il trouve le temps pour fonder sa propre académie dans la capitale alsacienne. Il intègre aussitôt la Société des artistes français, sous le patronage de Gustave Stoskopf, un autre Brumathois.

En 1933, alors que son style est enfin stabilisé, il ouvre son propre atelier place Gutenberg. Dix ans plus tard, son atelier est détruit et le peintre se réfugie à Brumath. Là-bas, sa maison est vandalisée et pillée par des soldats américains. Une grande partie de son art a disparu en moins d’un an. En 1947, le peintre devient adjoint au maire et s’occupe des affaires culturelles de la ville.

Le Fauve alsacien

Cette exposition, organisée au sein de la médiathèque Les Triboques, est une manière de lui rendre un hommage. Elle permet de découvrir la jeunesse du peintre et ses nombreuses inspirations. Les œuvres restantes de Georges-Daniel Krebs seront exposées. L’exposition permet aussi de mieux comprendre pourquoi il a hérité des surnoms « Geissmöler » et « Le Fauve alsacien » !

CONTENUS SPONSORISÉS