BMW X1 un lifting pour rester dans le coup

Design revisité, équipements à la pointe de la technologie et nouveau moteur puissant : le X1 ne manque pas d’atouts pour demeurer la BMW préférée des Français.

0
38

Dès son lancement en 2009, l’actuelle BMW X1 avait conquis les clients par son design reconnaissable entre tous. Puis en 2015, elle avait subi une refonte complète qui en avait fait la BMW préférée des Français. Histoire de le rester et de garder sa place de leader segment SUV compact premium, quatre ans plus tard, la star se fait lifter et métamorphose ses faces avant et arrière. Et ce, quelques mois avant l’arrivée d’une version hybride rechargeable.

Nouveau nez et retouches à l’arrière

À première vue, cela ne saute pas aux yeux. Globalement, le style est préservé. Toutefois, lorsque le regard s’attarde, les nouveautés se dévoilent. La calandre BMW agrandie, avec ses grilles qui convergent au centre, est associée à de nouveaux projecteurs LED, dotés d’une signature lumineuse plus acérée, et à un bouclier avec antibrouillards intégrés et prises d’air élargi. L’arrière de la BMW X1 adopte également de nouveaux éléments stylistiques comme le bouclier de la jupe arrière de la teinte de la carrosserie et l’élargissement des sorties d’échappement, dont le diamètre passe de 70 à 90 mm. Autre nouveauté : le rétroviseur extérieur côté conducteur projette une image LED bicolore « X1 » lors du déverrouillage de la voiture.

Nouveaux équipements à bord

Dans l’habitacle, ce n’est pas non plus la révolution. L’ambiance générale évolue peu. Tout juste de nouvelles surpiqûres contrastées apparaissent sur la planche de bord, noires en haut et de la couleur de la sellerie intérieure en bas, sur la finition M Sport de notre modèle à l’essai dans les environs de Munich. Pour le reste, tout est conforme à la version précédente de la X1 : position de conduire, confort, dimensions, capacité du coffre. La banquette arrière rabattable en format 40/20/40 peut devenir coulissante sur 13 cm en option. Les vraies nouveautés, on les trouve au niveau de l’équipement. Dans l’habitacle, un afficheur central de 6,5 pouces est proposé de série. Si la voiture est équipée d’un système de navigation, elle sera livrée avec un écran tactile de 8,8 pouces ou le nouvel écran tactile de 10,25 pouces, qui peuvent être commandés via le contrôleur BMW iDrive, par commande vocale ou tactile. Les compteurs sont également en partie numériques et configurables. Enfin, l’affichage tête haute est proposé en option. Des équipements comme la commande automatique du hayon (de série) et l’Accès Confort (de série avec les finitions xLine et M Sport), qui s’associent pour permettre l’ouverture et la fermeture mains libres du hayon, augmentent encore le niveau de confort.

Puissance et efficacité

Le restylage permet de pérenniser la BMW X1 par rapport aux normes d’émission. Ainsi, tous les moteurs essence et diesel du nouveau modèle sont conformes à la norme européenne d’émission Euro 6d-TEMP. Déjà bien fournie, la gamme de motorisations s’enrichit d’un bloc essence à son sommet, un 4-cylindres fort de 231 chevaux (155 g de CO2/km et 2 300 € de malus) que nous avons pu tester dans sa version xDrive25i. Couplée à la transmission Steptronic à huit rapports, celle-ci apporte une dynamique de conduite hors pair sur la route. Le couple de 350 Nm emporte sans peine les 1 580 kg du X1 et le 0 à 100 km/h est atteint en 6,5 secondes. Les reprises sont bien entendu en adéquation, surtout en mode Sport qui pallie la petite latence au déclenchement du turbo. Sa consommation de carburant en cycle mixte est de 6,3 l/100 km et ses émissions de CO2 en cycle mixte de 155 g/km. Sa transmission intégrale intelligente BMW xDrive a, une fois de plus, sur des routes rendues très périlleuses en raison d’une pluie battante, démontré sa capacité à préserver une motricité irréprochable associée à une excellente stabilité directionnelle. Même si la direction précise et réactive nous a semblé un peu lourde.

Trois essence et trois diesel

La X1 est proposée en 3 motorisations essence : La sDrive18i, 140 ch, BVM6, débute à 32 800 € en finition de base Lounge. La sDrive20i, 192 ch, boîte DKG7, est à 40 400 € (42 400 € pour la boîte auto 8 rapports). Pour la xDrive25i, 231 ch, BVA8, comptez au minimum 45 200 € en Lounge. Notre version d’essai en finition M Sport monte à 52 500 €, auxquels il faut ajouter les 2 300 € de malus pour l’émission de 155 g de CO2/km. En diesel, trois motorisations sont également proposées : sDrive16d, 116 ch, BVM6 à partir 34 350 € ; sDrive18d, 150 ch, BVM6, dès 36 950 € (39 000 € pour la version xDrive) ; sDrive20d, 190 ch, BVA8; en finition de base à 42 350 € (44 350 € en version xDrive). Comme toujours chez BMW, de nombreux équipements restent en option sur la finition comme la caméra de recul à 410 € et la banquette arrière coulissante à 300 €, Pour accéder au niveau XLine et à un véhicule très bien équipé, il faut ajouter 5 300 €. Pour le niveau supérieur M Sport et son traitement dynamique, une rallonge de 1 700 € sera nécessaire.