BMW Série 4 Gran Coupé, la reine des berlines

BMW ne cache plus son goût affirmé pour les berlines 5 portes. Après la futuriste i4, l’Hélice revient aux sources avec une deuxième génération de la Série 4 Gran Coupé qui rappelle aux fans du constructeur allemand qu’il est avant tout un grand spécialiste du genre.

67

Tous les regards sont portés sur l’i4, le nouveau modèle électrique de BMW. La berline boxe en effet dans une catégorie qui attire les regards, à l’heure des enjeux écologiques et de la mutation énergétique. Pourtant, l’Hélice n’a pas (encore) tourné entièrement le dos aux véhicules qui ont fait sa glorieuse histoire. En parallèle de ce modèle taillé pour affronter les enjeux du futur, le constructeur bavarois présente la deuxième génération de sa Série 4 Gran Coupé. Chassez le naturel, il revient au galop ! BMW a une inclination particulière pour ce genre de modèles et le montre une nouvelle fois en offrant à ce grand coupé toute l’attention qu’il mérite.

Des traits familiers

Difficile, à première vue, de faire la différence entre l’i4 et cette Série 4 Gran Coupé. Les lignes sont quasiment identiques et il faut se fier aux sorties d’échappements pour confirmer que nous sommes bien en face d’un modèle thermique. On retrouve donc avec plus ou moins de bonheur, que l’on soit un puriste de la marque ou non, cette immense calandre qui donne à la Série 4 des faux airs de grand animal marin. L’interminable capot à la chute abrupte, autre particularité qui donne du caractère à cette famille, est ici reconduit. On note l’extension réussie du pavillon loin vers la poupe qui permet l’ajout des deux ouvrants arrière, ainsi que l’absence d’encadrement des portières, une première sur une Série 4.

Long de 4,78 m et large de 1,85, ce Gran Coupé en impose et gagne même 6 cm de hauteur (1,44 m) pour une habitabilité accrue. L’empattement reste quasi identique à 2,86 m. Ce sont exactement les mêmes cotes que l’on retrouve sur l’i4, jusqu’au coffre de 470 l.

Aux petits soins

À l’intérieur, le rendu est bien plus classique que sur la berline électrique. L’impression d’être aux commandes d’un vaisseau spatial disparaît au profit d’un cockpit plus cosy. La présentation est plutôt sage autour des commandes résolument high-tech.

Pour la touche de modernité, on peut compter sur l’instrumentation 12,3 pouces et l’écran tactile 10,25 pouces. Le système d’infodivertissement profite de la mise à jour iDrive 8, présente sur les iX et l’I4, offrant un arsenal inédit d’aides à la conduite. Gestion de l’accélération, des distances, du freinage et du maintien en voie, prise en compte de la navigation, optimisation des consommations, intégration du trafic… la conduite autonome n’a jamais été aussi proche.

À l’arrière, les passagers sont moins à l’étroit que sur la version Coupé, profitant d’un confort inégalable. Ce niveau d’accueil fait de la nouvelle berline, une routière d’exception.

Un panel de motorisations

Sous le capot, un bloc 4-cylindres ou un moteur 6-cylindres officient, avec la possibilité de choisir entre la transmission aux roues arrière ou intégrale. La puissance débute à 184 ch et grimpe à 374 ch avec la version M440i xDrive, en attendant une future déclinaison M. Un diesel de 190 ch reste au catalogue (420d). Sur les motorisations les plus puissantes, on retrouve une hybridation légère portée par une batterie de 48 V. La Série 4 Gran Coupé ne brade pas ses exceptionnelles prédispositions routières. Le ticket d’entrée est à 49 700 € avec un haut de gamme à 68 800 €.  

CONTENUS SPONSORISÉS