BMW Coupé Série 4, tout est dans le design

Issu de la Série 3, le nouveau Coupé Série 4 s’en distingue magistralement par son design sportif et surtout sa grande grille de calandre verticale qui semble prête à avaler la route.

129

Cette seconde édition du Coupé Série 4 se distingue surtout de son aînée par sa face avant avec sa grille de calandre taille XXL. Les deux « haricots » réunis par un seul entourage ont tellement grossi qu’ils occupent toute la hauteur de l’avant et semblent prêts à dévorer la route. C’est la plus grande des calandres BMW mais aussi la plus intelligente avec des volets d’air pilotés, des capteurs, une caméra et un radar. Elle inclut aussi la plaque d’immatriculation.

Toujours prêt à bondir

La ligne a aussi beaucoup évolué avec un sommet déplacé vers l’avant, une ligne de toit plus inclinée, un centre de gravité abaissé de 21 mm, et la voie à l’arrière a été élargie de 23 mm. Le dessin des ailes aux formes douces est très marqué. À l’arrière, la lunette très inclinée s’appuie sur une ligne de caisse ascendante et des vitres de custode qui suivent le mouvement, créant une tension qui donne l’impression que le véhicule, même à l’arrêt, est toujours prêt à bondir. Basé sur la plateforme de la dernière série 3, il a aussi grandi dans tous les sens (+ 128 mm de long, +27 mm de large, et + 6 mm de haut). Rigidifié grâce à des éléments de carrosserie et de renforts en aluminium, il reste à un poids acceptable : 1 670 kg dans le cas du 420d de notre essai.

Doté d’un 4 cylindres développant 190 ch avec un couple de 400 Nm, il est équipé de la transmission intégrale xDrive. Pour échapper au malus écologique, ou au moins l’atténuer, il intègre une hybridation légère de 48 V lui ajoutant 11 ch. La consommation mixte se situe aux alentours de 5 l/100 km pour des émissions de CO2 de 128 à 139 g/km selon la finition, soit de 0 à 75 € de malus. Dans l’habitacle, on retrouve en copier/coller l’ambiance, le confort et la qualité des matériaux de la Série 3. Coupé oblige, les places arrière sont un quelque peu tronquées au niveau de la garde au toit.

Le coffre avec une capacité de 440 litres est plus que correct. Côté équipements, la finition MSport de notre modèle d’essai disposait de toutes les dernières technologies développées par BMW : instrumentation numérique 12’’, écran central fixe tactile de 10,3», affichage tête haute agrandi, système de conduite semi-autonome niveau 2 et assistant de marche arrière Auto-Reverse. Le système multimédia est compatible Carplay et Android.

Sur la route, notre essai nous ayant emmenés sur des départementales normandes humides, nous avons pu apprécier les qualités routières de ce Coupé perché à 126 mm de la route. La tenue de route est sans faille, le freinage bien mordant et le confort soigné grâce à une répartition du poids à 50/50 entre l’avant et l’arrière. La transmission xDrive, typée propulsion fait merveille, collant littéralement la voiture au bitume. Avec son couple de 400 Nm et bien secondé par une boîte auto à 8 rapports, les reprises et les accélérations sont efficaces. Les gros rouleurs apprécieront sans aucun doute, surtout lorsqu’ils joueront avec le mode Sport qui tire le meilleur parti de cette brillante mécanique.

La gamme est simplifiée à deux niveaux de finition : standard ou finition M Sport (+ 4 050 €) . Elle débute à 48 000 €. Notre 420d xDrive d’essai s’affiche à 57 000 € sans les options qui sont, comme à l’accoutumée chez BMW, chères et dont la liste est très longue.

CONTENU SPONSORISÉ