Bischwiller – La pinède du Castors perpétue le plan climat

La ville de Bischwiller, en association avec l’entreprise Inneo solutions, met en pratique sa politique « Un arbre abattu, un arbre planté » à la pinède rue du Castor, où une vingtaine de nouveaux pins prend racine depuis début décembre.

200
Un pin a été officiellement planté par le maire et le gérant d’Inneo Solutions. / ©DR

Les rangées de pins se suivent sur les quelque deux hectares de la pinède du Castor, courbés par le vent, et pour certains, abîmés par les intempéries. « L’écorce est fendue, ils sont blessés ou sont victimes d’un champignon, expliquent les jardiniers de la Ville. Nous faisons des coupes sanitaires, mais ceux qui risquent de tomber, nous devons les enlever, car il y a des jeunes qui jouent dans ce parc ». C’est là qu’intervient le maire, Jean-Lucien Netzer : « Et si on en coupe un, on le remplace, voire même deux fois aux endroits les plus adéquats de la ville ».

Financés par l’entreprise Inneo Solutions basée à Bischwiller, dans le cadre de sa certification RSE (responsabilité sociétale des entreprises), les vingt arbres n’auraient pu trouver meilleur agent. « Planter un arbre n’est pas anodin, c’est symbolique pour un imprimeur, selon Bernard Dossmann, le gérant d’Inneo solutions. C’est un grand acte pour la planète, nous laissons une empreinte de notre présence à Bischwiller ».

Maintenir la couverture végétale

Si ce poumon vert a plus de 60 ans, le reste de la ville se targue également de nombreux îlots arborés, sans oublier la trame verte qui traverse plusieurs quartiers de Bischwiller. « Les arbres contribuent efficacement à sauvegarder l’environnement notamment pour la captation des gaz à effet de serre, détaille le maire. Nous nous engageons à maintenir la couverture végétale depuis presque dix ans, quelles que soient les contraintes, architecturales ou esthétiques ».

Le projet Baumgarten, non loin de la pinède, affiche d’ailleurs « 40% d’espaces verts au cœur de la ville, pratiquement aucune réalisation urbaine n’en a autant. Les futurs propriétaires seront ensuite incités à compléter la végétalisation dans leur espace privé. » Les habitants sont de toute façon très impliqués dans le processus : Christophe habite en face de la pinède du Castor et « attendait les arbres, parce qu’ils sont tombés au fur et à mesure des tempêtes. Nous avons déjà utilisé le parc pour la fête des voisins, il nous tient à cœur ».

CONTENUS SPONSORISÉS