BCGO et BCS – Clap de fin et top départ

Après de longues années de rivalité, après de superbes derbys disputés dans des ambiances folles et sans doute jamais vues en ProB, le BC Gries-Oberhoffen et le BC Souffelweyersheim allieront leurs forces dès la saison prochaine. Le point avec Romuald Roeckel, président du BCGO et membre du futur comité directeur de l’Alliance Sport Alsace (ASA).

210
Romuald Roeckel intervenait récemment dans une émission spéciale à retrouver sur les réseaux sociaux du BCGO / ©DR

Maxi Flash : Romuald, on est dans une sorte de dernière ligne droite avant la création de l’Alliance Sport Alsace…

Romuald Roeckel : Oui, c’est vrai, mais il y a des délais à respecter, et on attend toujours des réponses de la Préfecture, qui a autre chose à faire en ce moment. On attend juste la validation de la nouvelle société. C’est juste une formalité, mais ça nous coince un peu.

Le point chaud, c’était le coach. Finalement, c’est Stéphane Eberlin, l’entraîneur de Souffel, qui sera sur le banc… Pourquoi lui plutôt que Ludovic Pouillard ?

On a présenté le projet aux deux coachs, et clairement, Stéphane s’est montré le plus enthousiaste. Il était super emballé, excité par le projet. Ludovic était plus en retrait, il cherche une opportunité plus haut, et on ne pouvait pas non plus attendre trop longtemps. Avec Eberlin, la réponse était immédiate, et avoir un coach alsacien dans un projet alsacien, ça nous va bien. Mais ce sont deux entraîneurs qui ont brillé, qui ont fait leurs preuves. Dans les deux cas, ça nous allait très bien.

Après plus d’une année de Covid, de crise sanitaire et économique, qu’en est-il des partenaires pour cette nouvelle entité ?

Rien n’est acté. On fait « step by step ». On travaille avec le tissu économique local, et on espère que les partenaires vont suivre. Avec ce nouveau projet, on va pouvoir raconter une nouvelle histoire, représenter un territoire plus large.

Le plus dur, c’est aussi de convaincre les supporters de longue date, ceux attachés aux deux entités que sont le BCGO et le BCS ?

Il y a beaucoup de discussions à avoir. Déjà il faut rappeler que c’est une alliance et pas une fusion des deux clubs. On allie nos forces uniquement sur la partie professionnelle. Les deux clubs gardent leurs licenciés, et on continuera d’avoir des derbys dans les équipes de jeunes par exemple. Il faut qu’il n’y ait aucune ambiguïté, et montrer que ce projet est intéressant pour tout le monde. On fera vivre les deux salles, mais pour ça on attend le calendrier. Ça dépendra de plusieurs paramètres, on prendra les meilleures décisions.

Et pour l’équipe ?

Le recrutement est en cours, mais avec les joueurs encore sous contrat dans les deux équipes, on a déjà matière à faire quelque chose de sympa.

CONTENUS SPONSORISÉS