Barbara Weimer, quand l’art casse la baraque !

Depuis 2016, Barbara Weimer de Leiterswiller fait profiter petits et grands de son expérience au sein d’ateliers créatifs dans la région. Ils visent, au-delà de la technique, à prendre plaisir à créer soi-même, mais pas seulement. Rencontre dans la « Baraqu’À pinceaux » avec une artiste qui a fait ses études aux Beaux-Arts de Metz.

788
©DR
Vous avez fait beaucoup de choses depuis la fin de vos études ?

Oui, j’avais un diplôme, une passion, mais pas de métier ! J’ai pris le temps d’explorer diverses facettes artistiques : de la photographie au Royal Palace de Kirrwiller, de la scénographie pour la conception de décors à Paris, de la décoration de vitrines, à la gestion d’un magasin d’antiquités et de déco ! J’ai aussi été serveuse au Liebfrauenberg, rien à voir, mais c’est là que, parlant sans cesse de ma passion, j’ai eu l’occasion d’animer mon premier atelier, et ça été la révélation !

Qu’est-ce qui vous a épanouie ?

L’idée de mettre la création artistique au service du développement personnel, de l’acquisition de la confiance en soi, de la lutte contre les peurs, les préjugés. En échangeant avec les participants, j’ai découvert que le jugement qu’ils ont d’eux-mêmes et la crainte de celui des autres sont des freins terribles. J’ai tout de suite eu envie de lutter contre ce que j’appelle l’auto-sabotage !

Barbara Weimer
C’est-à-dire ?

En multipliant les ateliers avec les enfants du village dans un premier temps, j’ai décidé de commencer mes séances par cette phrase :
« je ne veux pas entendre le mot moche, nous sommes tous capables de créer, dans l’art rien n’est une erreur ! » Libérer de certaines entraves, encourager à s’écouter et à lâcher prise, telle est ma démarche.

C’est comme une thérapie ?

J’ai vu de jolies révélations, que ce soit dans les ateliers en école, en EHPAD ou lors d’ateliers en duo. C’est fou comme concevoir quelque chose à quatre mains invite à avoir confiance en l’autre et permet de créer ou renforcer le lien. Dans ma mission d’enseignante en arts appliqués à Wissembourg, j’apprends aux futurs chaudronniers et vendeurs à développer leur esprit artistique certes, mais je les encourage aussi à regarder avec bienveillance leur travail, celui des autres, à communiquer, à interagir.

Votre emploi du temps est bien rempli !

Les mercredis sont réservés aux ateliers pour enfants, les samedis aux animations pour anniversaires, on peut suivre tous les événements à venir sur Facebook. La Baraqu’À pinceaux est en constante évolution, d’ailleurs, je lance un petit appel: je cherche un nouvel espace pour mon atelier et je me réjouis de mettre en œuvre de nouvelles expériences. Je ne me lasse pas de voir toujours et encore émerger le « Beau ».

Propos recueillis par Line

CONTENUS SPONSORISÉS