Retrouver la pente ascendante

Baptiste Mischler doit composer avec une saison un tout petit peu moins faste que l’an dernier. Une blessure est venue freiner la progression du grand espoir du demi-fond français.

0
61

C’est depuis la Suède que Baptiste, le Brumathois de toujours, nous rappelle. Il est alors à 48 heures des séries du 1500m du championnat d’Europe Espoirs, et a en tête de faire mieux que sa 5e place d’il y a deux ans. Le résultat nous parviendra hors délai de parution, mais l’essentiel est ailleurs. « Ça me fait déjà très plaisir d’être là. J’ai été blessé trois semaines et je n’ai fait ma rentrée que vers le 15, 20 juin. Je suis moins en forme que prévu, j’ai moins d’armes, mais je suis prêt. Et puis j’ai toujours une âme de compétiteur… »

Objectif mondial

Après une année 2018 exceptionnelle où il avait battu son record personnel pour décrocher sa qualification aux Championnats d’Europe seniors à Berlin, Baptiste Mischler a donc dû composer cette année avec un pépin physique. « C’est comme ça, c’est l’athlé », philosophe celui qui est aussi en école d’ingénieur! « Là, c’est moins bien, mais c’est pas non plus désastreux. Il y a encore beaucoup de choses à faire cette année. »

À commencer par décrocher sa place pour les prochains Mondiaux seniors qui auront lieu au Qatar à l’automne. Pour cela, il faudra une sacrée perf’. « Le niveau d’exigence est très relevé : il faut faire 3’35’’50 et mon record personnel est à 3’37’’17… C’est faisable, mais il faut que les conditions soient réunies : la bonne course, la bonne piste, les bons lièvres. J’ai encore deux mois pour le faire. »

Le point de mire de tout cela, c’est Paris 2024. « Je serai alors au sommet de ma carrière, 26-27 ans, et j’irai avec ambition. Si je peux faire un petit apprentissage dès 2020 à Tokyo… » Pour tous ses rêves de grandeur, Baptiste a choisi de rester en Alsace, chez lui, à Brumath. Peut-être pas le club le mieux armé pour l’accompagner au plus haut niveau, et il a fallu construire tout un écosystème.

Le choix de rester à Brumath

« La question s’est posée d’aller voir ailleurs, mais je suis très attaché à ma région. Alors on est allé voir le Maire, on a sollicité des partenaires, et puis on a réussi à mettre un staff en place, avec le suivi médical, et même une nouvelle piste d’athlé qui va être inaugurée à la rentrée prochaine. Mais ce n’est pas que pour moi hein ! (rires) Il manquait un équipement de ce genre dans le coin, ça va servir aux écoles, au sport-santé… » Une toute nouvelle piste qui pourrait porter le nom de Baptiste Mischler ? « Ah je crois pas non ! Plutôt celui d’Hubert Steinmetz, c’est mon entraîneur depuis toujours et l’entraîneur emblématique de Brumath. Avec lui, le club, c’est 48 titres nationaux quand même… ».

Et sans doute encore quelques-uns, avec Baptiste, qui marche plus que jamais sur les traces de son idole de jeunesse, un certain Mehdi Baala.