Audi SQ2, le foudre de guerre

Quand Audi s’attaque à la version sportive de ses SUV, cela fait toujours des étincelles. Les SQ3, SQ5 et SQ7 restent dans les mémoires comme des monstres dévoreurs d’asphalte que rien, ni les chaussées déformées ni les conditions climatiques les moins clémentes, ne fait sourciller. Voici venu le temps pour le nouveau Q2 de passer par la salle de gym.

0
57

Audi fait partie des pionniers de la production de SUV. Ses « Q » arpentent ainsi les routes depuis plus de treize ans, bien avant la frénésie que l’on connaît aujourd’hui. C’est toutefois un peu contrainte que la firme d’Ingolstadt a planché sur un Q2. Il a en effet fallu attendre l’automne 2016 pour qu’apparaisse au catalogue allemand ce nouveau joyau du segment B. Les Anneaux ont bien compris qu’ils ne pouvaient pas laisser ce marché en devenir à la concurrence : les petits SUV sont en effet le point d’entrée dans la marque des jeunes actifs branchés, ceux qui sont destinés à avoir un pouvoir d’achat important et donc à correspondre parfaitement à la cible d’Audi. Les voir partir vers la concurrence à cause d’un trou dans le catalogue serait une erreur stratégique majeure. BMW et son X1, Mini et son Countryman ou Mercedes et sa future solution sont là qui rôdent pas loin. Maintenant que le Q2 a pris la route, il est temps d’enfoncer le clou avec une déclinaison SQ2 des plus rageuses.

Le choix des armes

Le SQ2 n’hérite pas de son grand frère le SQ5 et ne profitera donc pas d’un puissant diesel, qui serait de toute façon tombé en disgrâce par les temps qui courent. C’est le 4-cylindres 2 l turbo de 300 ch qui officie ici – le même que sur la Golf R, que sur la Seat Leon Cupra et que sur le Cupra Ateca, le SUV sportif ibérique. Le SQ2 est d’ailleurs le cousin germanique de cette proposition espagnole tout en muscles. Le bloc n’a pas le sex-appeal des gros V6 d’antan, ni leur sonorité rauque et envoûtante, mais les 300 ch et les 400 Nm de couple poussent vraiment très fort. La boîte double embrayage S Tronic à sept rapports est une merveille d’orfèvrerie et la transmission intégrale Quattro, qui permet de transmettre jusqu’à 100 % de la puissance sur les roues arrière, reste toujours la référence absolue. Les chiffres ne trompent pas. Le SQ2 dévore littéralement le 0 à 100 km/h en 4,8 s et s’élance à plus de 250 km/h. À ces niveaux de performances, c’est surtout le châssis et le train roulant qui impressionnent. Quel dynamisme dans les virages ! Quelle fougue dans les phases d’accélération ! Il est dommage que la bande sonore ne rende pas hommage à ce comportement divin dès que le compte-tours s’affole. L’amplification intérieure est bien trop artificielle et nuit à l’immersion. Un mode Confort et un mode Eco viennent calmer les ardeurs du SQ2 qui redevient alors un adorable citadin. Les changements de vitesse se font alors plus onctueux, les accélérations plus douces. Le roulis est parfaitement maîtrisé quelle que soit la situation, à un point qui étonne d’ailleurs, tant les SUV sont généralement sensibles à la force centrifuge.

Tout pour plaire

Les différences esthétiques avec la version de base ne sont pas nombreuses mais renforcent le caractère radical du SQ2. La calandre gagne en mordant avec des barres verticales, les prises d’air du pare-chocs avant comme les jupes latérales sont plus marquées et, à l’arrière, on note la présence d’un diffuseur contenant les quatre sorties d’échappement ainsi qu’un grand spoiler de toit. Les coques de rétroviseurs peuvent se vêtir de carbone ou d’aluminium, au choix. La suspension est tout de même rabaissée de 2 cm et des jantes de 19 pouces apparaissent sur la longue liste des options.

À l’intérieur, on retrouve les sièges sport, les logos S un peu partout et l’ambiance très cuir émaillée d’un rouge omniprésent. Le Q2 de base reste une référence en termes de qualité de finition et, surtout, de dotation technologique, même si la dernière A1, plus récente, a réussi à élever encore un peu le niveau d’excellence. L’habitabilité est bonne pour un SUV de cette catégorie et le coffre entre 355 et 1 000 l. Au menu des festivités technologiques, on retrouve tout ce qui se fait de mieux en ce moment : l’avertisseur de collision avec reconnaissance des piétons, le régulateur de vitesse adaptatif avec gestion des embouteillages, l’assistance au maintien de voie, l’avertissement de présence dans l’angle mort, l’aide au stationnement étendue et un avertissement pour les véhicules passant perpendiculairement derrière le SQ2. Des bonnes dispositions qui se retrouvent sur la facture finale. Audi demandera 44 950 € pour le SQ2 de série, sans compter les (très) nombreuses options. La note dépasse rapidement les 60 000 €, ce qui est loin d’être donné pour un petit SUV. Mais quand on aime…