Apoline Wolff, Fait main

Elle a tout juste 20 ans et des idées plein les doigts. Après un Bac pro service à la personne, elle trouve inacceptable la façon dont sont traitées les personnes âgées en maison de retraite et change de cap. Elle passe son CAP couture en candidat libre, part à La Rochelle fabriquer des vêtements sur mesure pendant un an, mais rentre dans son Alsace qui lui manque beaucoup au mois de mai dernier. Apoline vient de créer son entreprise de couture et de modification de vêtements ; l’Atelier Abycréa propose aussi un objet « révolutionnaire ».

0
295

Vous fabriquez des serviettes hygiéniques lavables, sans produit chimique, comment avez-vous commencé ?
J’ai commencé par en faire pour moi, et ce fut véritablement un miracle. J’ai beaucoup moins mes règles qu’auparavant, c’est incomparable. Avant, j’avais limite besoin de couches. J’en ai parlé à mon gynécologue qui m’a expliqué que c’était en lien avec tous les produits chimiques qui perturbent notre système endocrinien. En réalité, j’ai toujours eu des problèmes, les médecins me donnaient des médicaments, je faisais des infections à répétition, j’étais irritée, c’était affreux. Alors, je me suis dit qu’il fallait coudre mes propres serviettes, j’ai vu des tutos sur Internet et, quand j’ai découvert qu’en les fabricants moi-même je n’avais quasiment plus mes règles, c’était vraiment le bonheur. J’ai commencé à imaginer les commercialiser.

Avez-vous fait d’autres tests, sur d’autres femmes ?
Oui et c’est très efficace sur celles qui ont pu tester les serviettes ! Après, ce sont aux personnes de choisir les miennes ou celles que l’on trouve dans le commerce. Au moment où nous réalisons cette interview, j’ai déjà une vingtaine de clientes qui ont essayé et qui sont très satisfaites, pour elles c’est vraiment le top. Je n’ai pas encore eu le temps de faire de la publicité. Même si les serviettes sont un peu épaisses (mais discrètes), ce n’est pas du tout gênant, ça ne gratte pas, ça ne brûle plus.

Comment sont-elles fabriquées ?
Les serviettes ont le même aspect que dans le commerce, mais elles sont en tissu, avec une couche douce en contact avec la peau. Ensuite, j’ajoute une à trois couches de bambou qui évite les odeurs et qui absorbe beaucoup plus. Et puis, une couche imperméable et un petit coton décoratif pour qu’elles soient un peu plus sexy, j’en ai fabriqué avec des motifs différents comme des petites fleurs. C’est maintenu avec des boutons-pression. J’ai utilisé les miennes 100 jours sans problème. Tout dépend de la façon dont les femmes s’en occupent, il y a quelques règles à respecter, mais on peut facilement les utiliser une centaine de fois au moins. Je fabrique également des petites
pochettes pour les ranger.

Où trouve-t-on vos serviettes hygiéniques lavables ?
Dans certains magasins bio de Haguenau ou Schweighouse et j’espère dans d’autres endroits assez rapidement, et aussi dans mon atelier Abycréa, 3 rue des pommiers à Uhlwiller.

Oui, car votre principale activité reste la couture ?
Oui, je fais de la retouche ou de la modification de toutes sortes de vêtements. Je suis passionnée de couture, je vis surtout à travers cela, à travers ce métier qui est ma passion.