Alsace – Le boom du vélo électrique

Favoriser les mobilités douces est un leitmotiv qui s’entend aussi bien en période électorale qu’en temps de crise sanitaire ou de COP26. Si les uns promettent plus de pistes cyclables pendant que les autres pensent à leur santé en évitant les transports en commun ou à celle de la planète en laissant la voiture au garage, un bon nombre investit dans le vélo à assistance électrique (VAE).

472
©DR

En 2020, d’après l’Union sport et cycle, la vente de vélos a augmenté de 25%. Parmi ces achats, 50 à 60% seraient des vélos électriques, selon Jean-François Klein, d’Alsace Vélo Passion. Basé à Marlenheim, il a vu le marché changer rapidement : « En 2000, j’avais un seul vélo électrique au bout du magasin, et je le dépoussiérais. Depuis 8 ans, je me suis spécialisé dans la vente et la réparation de VAE uniquement. Qu’il s’agisse de vélos de ville, VTT, course, voyage ou vélo-cargo, c’est du haut de gamme, de 2 000 à
10 000€ ».

Les instances territoriales poussent d’ailleurs les citoyens à investir, avec des primes à l’achat d’un vélo neuf. L’Eurométropole subventionne à hauteur de 150€ le kit moteur à installer soi-même (voir ci-contre) à 500€ le vélo-cargo, et l’État verse un bonus cumulable de 200€ maximum (1000€ pour les vélos-cargo). Les VAE électrisent désormais rues, routes et sentiers : à la sortie de l’école, en allant travailler ou en promenade à la montagne, un petit bruit de moteur électrique accompagne souvent les cyclistes. « C’est du plaisir, pas que de l’utilitaire, note Jean-François Klein. La technologie est plus aboutie, plus fiable. C’est un gage de qualité, de sécurité et de confort ».

Jean-François Klein

Assurance contre le vol incluse

Reste le problème du vol, un fléau dans les grandes villes. Depuis le 1er janvier 2021, la loi oblige les commerçants à marquer les vélos vendus neufs, et ceux d’occasion depuis le 1er juillet, afin de les identifier rapidement en cas de recel ou revente. Jean-François Klein va plus loin avec « une assurance contre le vol lorsque le vélo est stationné hors de chez vous, incluse dans le prix du vélo pendant deux ans ». En justifiant de l’achat d’un antivol, le client pourra venir remplacer son vélo volé chez Alsace vélo passion. « Nous avons démarré en mai-juin, avec 280 assurances souscrites depuis. Deux vols ont été signalés. » Et de conclure : « En termes d’offre, on avait cinq ans de retard sur l’Allemagne, on les a rattrapés ».


Le VAE ne les branche pas (encore)

Timothée, lycéen, fait les trajets domicile/gare/lycée à vélo, soit près d’une heure par jour. « Encore une batterie ? Mes parents ont déjà une voiture électrique, mais quel est le coût environnemental de sa production et de son élimination ? On est jeunes, on peut bien pédaler ». Greenly.earth répond: « L’empreinte carbone d’un vélo électrique est quasiment la même qu’un vélo mécanique : 22g CO2/km contre 21, répartis différemment. Pour un VAE, c’est 7g pour la fabrication, 9g pour l’électricité, 6g pour l’énergie musculaire, qui est beaucoup plus élevée pour le vélo standard ».

Ava, longtemps expatriée à Londres, est revenue travailler en Alsace avec son vélo dans les valises. Pour elle, « faire du vélo, c’est pédaler et consommer des calories. Avec un moteur, je n’en vois plus l’intérêt. » Alsace vélo passion répond : « Avec un VAE, on repousse les limites. Les efforts sont quasi aussi importants, mais durent plus longtemps ».

Dany, retraité, hésite parfois à prendre son vélo pour acheter du pain plutôt que démarrer sa voiture, mais le vent, la pluie, le cabas l’en dissuadent. « Avec un vélo électrique, ça m’aiderait un peu, mais il faudrait un toit et quatre roues aussi ! » Alsace vélo passion répond : « On passe toutes les intempéries avec un VAE, la motorisation, l’éclairage, l’antivol, ce qui était compliqué devient accessible ».


3 questions à Philippe Dardel de Presta-batterie et Moteur&Vélo

Philippe Dardel

Reconditionner les batteries, c’est dans l’air du temps, même pour les vélos ?

Lorsque les gens achètent un vélo électrique, personne ne les prévient que la batterie a une durée de vie limitée, en moyenne cinq ans, mais on peut voir le pire, 2 ans, comme le meilleur, 10. Qu’il y ait un nom américain ou japonais sur votre vélo, les batteries viennent de Chine. Dans la plupart des cas, on peut les reconditionner, on garde la boîte, les câblages et on assemble de nouvelles cellules sur mesure avec les mêmes caractéristiques électriques et électroniques pour faire avancer le vélo. Presta-Batterie est basée au Caire à Haguenau, depuis 7 ans. La seconde partie de mon activité, c’est www.moteuretvelo.fr qui vend des kits de transformation d’un vélo lambda en vélo électrique pour environ 800€. Un particulier qui sait démonter une roue peut facilement installer le kit, sinon il y a les revendeurs. La batterie peut être dissimulée dans le porte-bidon, et il y a un fil à tirer jusqu’au moteur de la roue arrière. Si l’on prend l’exemple d’un retraité qui s’est acheté un beau vélo, mais il a du mal à monter les côtes, et qui veut garder son vélo sur du plat, il sera emballé de savoir que mon moteur ne pèse que 4,1kg. C’est tout à fait acceptable pour compenser ses faiblesses…

Vous dites « mon » moteur, l’avez-vous inventé ?

Oui, je l’ai conçu en partant de ce qui se faisait, mais n’était pas facile à installer, et j’ai déplacé le capteur de pédalage. Quand le moteur est coupé, on ne sent rien grâce à une roue libre interne. Et en plus, je l’ai rendu réparable sans démonter la roue ! Il est fabriqué en Chine selon notre cahier des charges, mais j’essaie actuellement de le relocaliser en France.

Comment se porte le marché du VAE ?

C’est un marché en forte hausse, j’ai plus de 100 batteries à reconditionner par mois, et moins de cellules disponibles que de clients ! Les cyclotouristes forment le gros de ma clientèle, je leur apporte une vraie solution. Lorsque je me suis lancé dans le VAE dans les années 2000, j’étais un précurseur. Aujourd’hui, les batteries et les kits sont un marché de niche, il y a facilement de la place pour 10 fois plus.

CONTENUS SPONSORISÉS