Agir pour une planète verte

Du 17 au 21 février, le Centre International Albert Schweitzer organise un séminaire pour jeunes adultes franco-allemands, âgés de 17 à 25 ans : « Guerres. Changement climatique et transition énergétique, un enjeu pour la paix ? ». Explications avec Claudia Scharf, coordinatrice du projet.

0
183

Maxi Flash : Comment se déroulera cette rencontre franco-allemande ?
Claudia Scharf : La rencontre s’adresse à des jeunes Français et Allemands à partir de 17 ans, des lycéens, des étudiants et des jeunes qui se destinent ou ont déjà participé à un volontariat écologique. Le groupe sera constitué, dans la mesure du possible, avec autant de Français que d’Allemands, et d’hommes que de femmes. Les participants seront hébergés en pension complète au Centre International Albert Schweitzer à Niederbronn-les-Bains.

Bien que très conscients des enjeux et des risques liés à la transition énergétique, les jeunes ont rarement l’occasion de se confronter directement à la réalité de sites tels que les centrales nucléaires, les parcs éoliens. Le but premier de cette rencontre consiste précisément à leur donner l’opportunité de visiter ces différents lieux, en France et en Allemagne, d’échanger avec des experts et des interlocuteurs d’opinions très variées afin d’être en mesure de se forger leur propre opinion.

Maxi Flash : Le séminaire sera axé sur le changement climatique et la transition énergétique. Vous l’apparentez également à la guerre. Pourquoi ?
Claudia Scharf : « Nie wieder Krieg/Plus jamais la guerre » : de toutes les déclarations formulées par les visiteurs des cimetières militaires allemands du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, celle-ci est indéniablement la plus récurrente. Si ce souhait est en partie exaucé en Europe, les conflits perdurent cependant à d’autres endroits du globe. Pour la majorité d’entre eux, le changement climatique en est parfois la cause, ou en constitue du moins un facteur aggravant. Dans ce contexte, la transition énergétique apparaît dès lors non seulement comme une nécessité pour préserver l’environnement, mais aussi comme un moyen d’anticiper les menaces de conflits entre les territoires.

Maxi Flash : La jeune génération a un rôle à jouer dans la transition énergétique ?
Claudia Scharf : La jeunesse du mouvement Fridays For Future appelle au changement et souhaite prendre en main son avenir. Mais comment réussir ce changement? Quelles décisions doivent être prises ? Les réponses sont souvent multiples, et varient selon les pays.

Le changement climatique, la protection du climat et la transition énergétique sont parmi les sujets les plus actuels et les plus importants de notre époque. Afin de donner aux jeunes une plateforme d’échange transfrontalière pour discuter de ces sujets et d’agir ensemble, le séminaire vise à créer un espace de débat nuancé entre les participants. Différentes approches de l’approvisionnement énergétique des pays voisins que sont la France et l’Allemagne y seront notamment discutées.

Maxi Flash : La planète est en danger. L’opinion publique en a pris conscience, les jeunes notamment, mais cela ne suffit pas…
Claudia Scharf : Aujourd’hui, l’opinion publique tend à s’accorder sur l’importance de préserver la planète, les manifestations actuelles témoignent de la préoccupation des jeunes à cet égard. Les moyens à déployer pour y parvenir sont en revanche loin de faire l’unanimité. Comment comprendre, par exemple, que les deux pays voisins, tels que la France et l’Allemagne, aient opté pour des démarches radicalement différentes ? Quand la France privilégie encore le nucléaire pour réduire ses émissions de CO2, l’Allemagne préfère réduire son activité nucléaire en développant des énergies alternatives (solaire et éolienne) mais aussi au profit du charbon et de centrales thermiques fortement polluantes. Ce choix pose question. La quantité de particules polluantes émises par le charbon est loin d’être négligeable. De plus, les matériaux rares utilisés dans la construction des panneaux solaires ou des éoliennes proviennent très souvent de mines qui nuisent gravement à l’environnement et à la santé des populations locales. Sur quels ressorts identitaires, psychologiques voire symboliques reposent ces choix français et allemands ? Cela fera certainement partie des sujets de ce séminaire.

Centre International Albert Schweitzer 17 rue du Cimetière militaire à Niederbronn – Séminaire du 17 au 21 février sur inscription : participation 150 € (hébergement, pension complète et programme) – 03 88 80 81 27 ou zentrum@club-internet.fr
www.jbs-niederbronn.de/fr