CIDFF : Accueillir, écouter et accompagner

À Haguenau, le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles accueille et accompagne des femmes isolées et victimes de violences. Anna Matteoli directrice du CIDFF-Bas-Rhin fait le point sur les différentes actions de la structure.

427
Anna Matteoli, directrice du CIDFF Bas-Rhin ©DR

Dire que la section du CIDFF à Haguenau ne serait que la petite soeur du bureau strasbourgeois serait réducteur. « Ce sont deux lieux très ancrés », précise d’emblée Anna Matteoli, directrice du CIDFF-Bas-Rhin depuis le début de l’année. 

À Haguenau, près de onze personnes, dont des juristes et une médiatrice, interviennent auprès de femmes ou de familles en situation d’urgence. « À Haguenau, la dimension sociale est plus importante », explique Anna Matteoli qui travaille depuis
23 ans au sein de la structure. Les 25 et 26 février, le CIDFF a organisé deux jours de formation à destination des professionnels sur les violences faites aux femmes. « Juristes, avocats, gendarmes : ces formations s’adressent à toutes les personnes qui, dans leurs pratiques professionnelles, accueillent une femme victime de violences », décrit la directrice.

Favoriser l’insertion professionnelle

Au coeur de ces formations : l’écoute. Une écoute qui aurait pu être plus compliquée avec les confinements : « On ne s’est jamais arrêtés en 2020 : nous avons mis en place les appels en visio et dès la reprise nous avons maintenu les rendez-vous physiques. C’est lors du présentiel qu’on peut se rendre compte et détecter des situations de détresse : il y a le langage non verbal, les regards. Et des choses que des femmes, qui sont surveillées chez elles, ne pourront jamais dire par téléphone », explique Anne Matteoli qui salue le fait que le phénomène des violences faites aux femmes ne soit plus un sujet tabou. « Aujourd’hui, la parole va perdurer au-delà d’un article de presse et l’on s’aperçoit aussi que les jeunes sont davantage formés sur ces sujets », considère-t-elle. 

À Haguenau, un double accueil, avec une assistante sociale et une juriste, a été mis en place pour envisager toutes les dimensions sociales des violences. Un accompagnement BAIE (Bureau d’accompagnement individualisé vers l’emploi), propose aussi gratuitement aux femmes de faire un bilan de compétence, s’informer sur un projet de formation, une reconversion professionnelle.  

Contact : 03 88 32 03 22

CONTENUS SPONSORISÉS