A Brumath, en avant les histoires de générations !

Voilà 47 ans que les Playmobil éveillent l’imagination des enfants et de leurs parents : Fabien Minier a l’âge de la marque et vient de créer l’association Générations Playmo Elsass à Brumath, avant d’organiser deux grandes expositions à l’automne.

828
Fabien Minier (à gauche) et ses acolytes fans et collectionneurs de Playmobil / ©DR

Remiser ses coffres à jouets et les oublier quelques temps dans le grenier… C’est ce qu’a fait Fabien Minier avec un bateau pirate, mais c’est le seul trésor qu’il a pu récupérer de son enfance. Le reste de son impressionnante collection Playmobil, qu’il s’agisse des antiques Romains, Égyptiens ou encore Vikings, est venu s’ajouter à celle de ses filles.
« Lorsque mon aînée avait deux ans et demi, je suis tombé sur la maison du Père Noël, puis elle a voulu l’hôpital, les secours, les fées… Et de fil en aiguille, je me suis renseigné sur internet, les forums, les communautés pour récupérer des pièces », explique Fabien. Il s’y remet donc en 2006 et se rend compte que les collectionneurs ne manquent pas en Alsace. Après des années d’échanges, il décide de créer l’association Générations Playmo Elsass début décembre, que la ville de Brumath « a accueillie à bras ouverts pour une réunion mensuelle ». L’association compte une quinzaine de membres et le groupe Facebook 140, du nord au sud de l’Alsace, mais aussi de l’autre côté de la frontière.

S’associer avec d’autres collectionneurs

L’objectif est de faire naître des histoires avec leurs figurines :

« Deux expositions auront lieu les 22/23 octobre et 19/20 novembre à Herrlisheim et Schweighouse-sur-Moder, dans des gymnases de 1000 m², s’enthousiasme Fabien. Cela se prépare maintenant, voir si on a toutes les pièces et s’associer avec d’autres collectionneurs pour décider des thèmes parfois plus grands que 30 m² ». Si ses filles ont mis de côté leurs jouets d’enfance, elles veulent participer aux expositions pour « montrer aux autres et se faire plaisir à mettre en scène quand on n’a pas la place à la maison ».

Générations Playmo Elsass espère « susciter des vocations et même les libérer. Ça nous prend du temps et on essaie de ne pas se figer sur l’argent, mais on n’est pas des fadas ! En tant qu’adultes, tous les corps de métier sont représentés et dans ma famille, ça se passe bien. Sûrement parce que mon père collectionne les trains, et mes sœurs les Schtroumpfs et les Barbie ». D’une génération à la suivante…

CONTENUS SPONSORISÉS