2010 – 2019 : La décennie des séries

Les écrans d’ordinateur remplacent peu à peu la télévision. Ces dix dernières années, les séries en ont profité pour s’installer confortablement dans nos vies. En 2020, elles ont déjà bénéficié d’une décennie complète pour réinventer le format et créer une nouvelle manière de les consommer.

0
205

De 2010 à 2019, les séries ont beaucoup évoluées. Depuis longtemps déjà, la télévision produit des séries et des formats sériels (sitcoms, sketchs, documentaire…), mais depuis longtemps également, ces programmes sont tributaires de contraintes éditoriales et de créneaux de diffusion précis. Aussi, produire ces séries et en distiller les épisodes pour la télévision a un coût, qui, avant la fin des années 2000, ne s’amortissait sur le long terme que par le merchandising ou la vente de DVD. Des copies uniques et protégées, téléchargées illégalement sur Lime-Wire ou PirateBay par de plus en plus d’internautes. Une porte ouverte au détournement de droits d’auteur qui s’est finalement transformée en bénédiction à l’apparition du streaming légal, ouvrant des opportunités immenses aux réalisateurs.

Un succès retentissant

Peu de temps après, grâce à cette « série-mania » propagée par le streaming, la BBC, HBO et d’autres géants de la télévision ont pu rentabiliser de nouvelles productions ambitieuses et originales, et s’exprimer, en plus de la télévision, sur un internet durablement conquis.

En 2010, c’est le lancement de Game of Thrones, une série qui remportera 52 Emmy Awards pour ses huit saisons. Sur internet, c’est la seule série à pouvoir s’asseoir à côté du Titanic et d’Avatar en terme de succès. La même année sortait simultanément The Walking Dead (un énorme carton), et Breaking Bad, une série si culte que 5 saisons auront suffi pour qu’elle s’empare de la deuxième place au classement IMDb des meilleures séries de tous les temps.

Inscrites dans le marbre

Avec ces têtes de proue et l’infinité de petites productions et de web-séries (séries exclusives à internet) qui voient le jour les années suivantes, en 2011, 2012 et 2013, l’engouement ne s’arrête plus. Ce qu’on produit désormais n’a plus rien à voir avec Grey’s Anatomy, Desperate Housewives, Lost ou Prison Break. Quelques années plus tard, en se démocratisant, Netflix terminera de faire disparaître les coupures pubs. La métamorphose des séries est complète : place au bingewatching. Une manière boulimique de consommer des épisodes et des saisons à la chaîne.

En 2020, avec l’arrivée récente de la plateforme Disney +, Netflix risque de mettre les bouchées doubles pour produire des séries de plus en plus ambitieuses. Cet âge d’or pour les séries n’est pas près de se terminer.